Le peuple, ce con qui s'ignore

Nous y voilà: cartes sur tables, ceux qui ont peur de tout perdre ont enclenché la machine de la propagande au maximum de ses capacités. Nous n'avons plus qu'à assister médusés à l'hypnotisation générale.

Car le Brexit a déclenché de toute évidence la fureur de tous les "winners" du système actuel. Et si le peuple finissait par détruire tout ce qu'ils ont bâti ?
On peu être écœuré par les raisons du vote des britanniques, comme je le suis, et être parfaitement heureux qu'ils aient ainsi voté. Quel bonheur de voir pleurnicher à l'unisson politiques et banquiers, le regard vide de terreur et se demandant comment cela a bien pu arrivé ! Car ça ne devait pas arrivé. Ca n'arrive jamais ou presque. La Grèce leur avait bien dit non, mais Tsipras, cet ami des banquiers comme un autre, avait sifflé la fin de la récrée. Mais là, ça a l'air plus compliqué.
Alors, à longueur de journée, des tonnes d'articles, allant de la rubrique philo de Libé jusqu'au décodeurs du Monde en passant par la presse régionale, se pressent de nous démontrer soit que le peuple est con et le regrette, soit qu'un référendum c'est juste n'importe quoi.
Alors oui, je l'avais déjà dit un peu , un référendum c'est un choix ponctuel qui engage à tort l'avenir d'un peuple sans prendre en compte les générations futures. Oui, sauf que c'est vrai dans les deux sens, c'est-à-dire quelque soit la réponse. Et à partir du moment où on accepte de le mettre en place, on en accepte le résultat.
Mais c'est fini tout ça. D'une voix commune et criarde, les clowns politiques comme Copé nous expliquent que le seul vote qui vaille c'est le vote pour se faire représenter, parce que simplement les gens ne répondent pas correctement aux questions des référendums. Rien que ça: ce gars passe à la télé dire que le peuple est con et il s'en trouve même du peuple à être d'accord avec lui. L'hypnose marche donc.
En fait, le soucis de notre monde Occidental si éduqué vient de toute évidence du défaut lié aux avantages. A force d'être de plus en plus éduqués, les individus ont acquis non seulement la certitude de savoir, mais aussi celle qu'ils sont les seuls dans le vrai. Ainsi, un gars qui écoute le Copé et se dit qu'il a raison, c'est un gars qui est certain que lui saurait bien voter dans un référendum, contrairement à la plupart des ignorants que sont ses concitoyens. Les autres sont nécessairement cons.
Cela me rappelle mon pot de départ d'une grande entreprise: j'avais dit alors pour mon discours que j'avais le regret de signaler à mes anciens collègues qu'ils sont tous cons. En effet, puisque durant mon passage j'avais eu l'occasion de voir tout le monde dire que les autres sont cons, la somme de tout est que tout le monde l'est. C'est mathématique.
Ainsi, le peuple est un con qui s'ignore. La propagande en cours ne pourra donc que fonctionner, puisqu'elle finira par vous le faire comprendre. Une fois que vous aurez assimilé la chose, vous supplierez un clown en chef de vous diriger à sa guise, vous lui demanderez d'interdire aux autres cons de s'exprimer et de mettre en camps de redressement celui qui oserait s'opposer à cette nouvelle décision populaire consistant à un instaurer une dictature de facto. Une décision populaire faite par voie d'élection, bien évidemment, en déléguant le pouvoir à des députés qui n'auront jamais voté contre leur clown de chef, étant eux-mêmes des clowns qui visent, au mieux, à devenirs chefs.
Allez, retournez à votre travail minable, car réfléchir vous empêche d'être productif. Et les clowns veulent que vous soyez meilleur que le chinois du camp de rééducation. Au boulot.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.