Victoria Klotz
Artiste plasticienne, militante politique, bricoleuse en permaculture
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 janv. 2022

100 jours pour devenir optimistes

Mon carnet de bord de la campagne de l'élection présidentielle et des législatives. Une campagne vue de l'intérieur, depuis les hautes-pyrénées.

Victoria Klotz
Artiste plasticienne, militante politique, bricoleuse en permaculture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avons 100 jours pour devenir optimistes. Pour en conclure que maintenant est préférable à demain. Saisir la mince possibilité qu’offre la 5ème république de changer l’histoire. La porte est très étroite, j’en conviens.

En novembre 2018, sur mon premier gilet jaune, j’avais écrit sans trop réfléchir « prenons le pouvoir ». Alors que j’étais dans un mouvement social où beaucoup estimaient que les espaces de pouvoir étaient corrompus et qu’il fallait jeter tout ça aux orties. Très vite, une conscience révolutionnaire se dessina et il apparu clairement que nos représentants et la représentativité était le problème. Nous avons alors revendiqué le pouvoir par le peuple et pour le peuple. Il s’agit bien de cela : reprendre le pouvoir. Non pas pour le confier à certains qui seraient plus aptes que les autres. Mais pour en apprendre l’usage, en comprendre les ressorts, démonter ses mécanismes, apprivoiser sa potentielle violence. Il nous fallu alors, se familiariser avec les outils de la délibération, connaître le paysage des institutions, s’initier aux fonctionnements collectifs, s’intéresser à toutes ces choses de la vie en société qui nous apparaissaient lointaines. Il nous fallu aussi, lutter contre nous-même en évitant les écueils des prises de pouvoir individuelles. Faire barrage aux gourous, aux professeurs, aux généraux. Ceux-là qui auraient tendance à l’autoritarisme, au sexisme et qui ont le goût de la gloire personnelle.

Aujourd’hui en France, ça fourmille au sein des collectifs militants, dans le milieu associatif, dans les coopératives, dans la rue chaque semaine… C’est ce que les commentateurs politiques appellent une « crise démocratique ». L’expression voudrait faire croire que c’est passager, comme si le peuple avait une humeur. J’estime au contraire, pour l’avoir vécu comme une métamorphose personnelle, qu’il s’agit de l’avènement d’une autre ère. Des citoyens naissent. Ils adviennent. Ils percutent les fonctionnements traditionnels des organisations politiques. Ils réclament l’horizontalité et la parole pour tous. Ils veulent réinventer la démocratie.

Nous avons toutes les raisons d’être optimistes : tel un animal méprisé, nous changeons de peau. C’est effrayant mais tellement vivifiant ! La résistance est une joie. La création une grande source de plaisirs. Je récuse toutes les analyses désespérantes du moment, car je ressens cette force vitale et je la perçois chez certains d’entre vous.

Nous avons 100 jours pour reprendre le pouvoir. Je sais, nous en avons vécu des lendemains d’élections présidentielles et des tièdes satisfactions qui rapidement déclinent en déceptions… Peut-être que justement, nous avons été suffisamment désespérés pour avoir la lucidité nécessaire pour ne pas nous tromper, cette fois-ci. Je vais faire un pari, celui de donner le pouvoir à quelqu’un dont je crois qu’il me le rendra… C’est un pari fou. Et je ne dirai pas que j’y crois à donner ma main à couper:)). Mais je sais que nous sommes nombreux à être vigilants, à ne rien lâcher. Je vais donner mon vote. Et aussi ces cents jours et cent nuits… car c’est si peu comparé à l’enjeu de refaire une société de liberté, d’égalité, et de fraternité. A tout mes amis, qui ont refusé de parvenir et qui auraient tant de temps à employer pour ce projet, je vous demande de réfléchir à cette opportunité. Celle de refuser le désenchantement du monde, l’impuissance, le cynisme et le désespoir. Donner de son temps, de son argent et aussi de ses compétences. Ce n’est pas un cadeau, ni une confiance aveugle. C’est prendre sa part dans la suite du monde. Nous déléguons trop de choses et en particulier les sales boulots : vider les poubelles, accompagner les mourants, tuer les animaux, organiser la vie en société… Nous confions à d’autres ces tâches ingrates et nous en avons perdu le sens de la responsabilité (et peut-être aussi le sens de la vie).

Nous avons 100 jours pour retrouver le goût de la victoire. En campagne !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal — Climat
Face à la sécheresse, organiser collectivement la solidarité
La sécheresse est en train de dévaster l’Inde et le Pakistan. Ce type d’épisode, de plus en plus fréquent, ne se limite plus aux pays en voie de développement. En France, une vingtaine de départements font déjà l’objet de mesures de restriction d’eau.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Asie
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt