Vidal Cuervo
Militant libertaire
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2021

Mises au point

La guerre, c'est la paix. La paix, c'est la guerre. Orwell a parfaitement montré qu'un mot, prononcé par le politique, veut toujours dire son contraire. Lieux communs et mensonges ordinaires du pouvoir.

Vidal Cuervo
Militant libertaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

le pendu du tarot de Marseille

Mises au point

Séparatisme : ségrégation, mise à l'écart, relégation par les politiques successives de ce pays des populations racisées qu'on ne veut pas voir.

Territoires perdus : territoires écartés par les politiques de ce pays au titre de la ségrégation voulue des immigrés, puis enfants d'immigrés.

Hystérisation du débat : instrumentalisation de la situation des immigrés et de leurs descendants par les plus acharnés des partis et tendances racistes de ce pays, à des fins de récupération politique, en compensation de la crise actuelle du capitalisme.

Zones de non-droit :terme policier (var. de territoires perdus), zones de refus d'application du droit par les forces de l'ordre, la justice, le gouvernement, les instances sociales  territoriales, justifiant le recours alterné entre force ou ghettoïsation (containment).

Risque de guerre civile : menace d'intervention militaire factieuse décidée unilatéralement par ces factions.

Déclin français : épouvantail agité depuis 40 ans par la 5 ou 6eme puissance mondiale pour justifier de politiques ultralibérales sensées maintenir le pays dans la "compétition mondiale". Variante géopolitique de menace intérieure et distillant plusieurs termes précédents, mais à l'échelle internationale. Médiocre et provocante publication d'Eric Zemmour, qui se hausse du col pour reprendre la hauteur (de vue) qui lui manque et enfonce des portes ouvertes depuis Maurras, Maurice Barrès, puis les grands racistes pré et post 39/45 pour cracher le fiel dont il est rempli, et se remplir de l'estime qui lui fait défaut.

Grandeur française : mythe structurant, strictement relatif au terme précédent de "déclin français", établissant un illo tempore idéalisé (période vague de pureté chrétienne, de frontières élargies, d'un ordre moral et civil stabilisé par des volontés mâles et agressives, une paix civile non troublée par des éléments allogènes inexistants ou en tout cas mis au pas, des frontières claires entre hommes et femmes, une violence civilisatrice à l'égard du monde extérieur, tropical ou autre, un respect sourcilleux des représentants de l'ordre par une population de Monsieur Homais, de Bouvard, et de Pécuchet, une éducation des enfants ne rechignant pas à une certaine violence physique, somme toute nécessaire et bienveillante, des classes laborieuses contenues dans leurs quartiers et fières de soutenir un effort national de... grandeur.


Ouvriers, femmes, enfants : nègres intérieurs pris en charge par un État lui aussi... bienveillant. L'ennemi est à sa place et les valeurs sont simples. 

Pensée complexe : cohabitation mensongère de deux termes s'opposant par nature, dans une même phrase prononcée par E. Macron, établissant la contradiction formelle comme formule publicitaire acceptable pour vendre le "produit France" : un "feuille de route" ultralibérale.

Honneur : de l'armée, de la police, de la France, de la classe politique... Imposition unilatérale, par ces mêmes institutions, de leur volonté et de leurs actions à une population sensée se soumettre sans questionner le bien-fondé de ces actions, et volonté. Une forme de pensée magique estimant "naturellement" bonnes et honorables toute action et volonté émanant de ces institutions en tant que manifestations d'un Pouvoir, visualisé comme vertical, transcendant, omnipotent puisque formé dans des Grandes Écoles ("ils doivent bien savoir ce qu'ils font"), doré, sourdant comme un rayon solaire d'un lieu sacré, tabernacle mi-dissimulé, mi-communiqué.

Suffrage universel : captation quinquennal par la "chose publique" (res publica) d'opinions versatiles, non documentées, établies à l'occasion de dîners de famille et d'une propagande assénée depuis l'enfance (au moyen des notions ci-dessus), opinions sublimées par le terme de "devoir" renvoyant à un imaginaire solennel, guerrier, masculin, mythique, où Grèce de Pericles et 19eme siècle de Thiers se mêlent à un sentiment d'urgence (la Patrie en danger) pour faire barrage, un jour, au fascisme, lequel se renforcera pendant 5 ans au moyen de politiques... fascisantes.
L'universalité du suffrage peut ne représenter que 24 % de la population votante. Il s'agit, après tout d'un concept d'universalité que la réalité n'est pas obligée de rejoindre.

Universalisme : impérialisme militaire, culturel, commercial, extractiviste, fondé en droit unilatéralement établi par une région du monde, où pays qui a une armée et un cynisme plus importants. La pensée occidentale est universelle et se véhicule au moyen de concepts de "confort", "progrès", liberté "," espoir" (cf " Restore hope " en Irak) ," droit à la sécurité" (comme en Palestine, Iraq, toute l'Afrique, toute l'Amérique du Sud et centrale, les Philippines, la Syrie, les quartiers nord de Marseille...). Les droits de l'homme peuvent justifier par exemple d'une occupation militaire dans diverses parties du monde pour faire respecter ces droits, aux abords d'un camp de concentration de Rohingyas, d'une scolarisation et évangélisation forcées d’aborigènes australiens, dans un pays riche en uranium, le long du tracé d'un pipeline pétrolier, dans une prison cubaine, ou pour protéger une population d'armes de destruction massive en Irak, évanescentes comme un mirage de fable orientale. 

Droit à la sécurité comme premier des droits : doctrine établissant la nécessité du contrôle, de la surveillance, de la privation de droits individuels au nom du droit. Commence aux frontières nationales (Frontex) , voire dans les eaux internationales, et se finit au domicile privé.

A l'international :
Conflit palestinien : occupation et colonisation israélienne.

Et cætera

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine