Vidal Cuervo

Militant libertaire

Sa biographie
Études de sociologie et philo à une époque où ça n'avait sans doute plus grande portée ni sens, mais où j'ai engagée une foi juvénile encore active Fourvoyé trop longtemps dans le monde de l'entreprise Musicien, poly-instrumentiste comme on est pervers polymorphe, médiocre mais enthousiaste Plumitif parallèle, hors circuit pour raison de paresse à brosser le système dans le sens du poil, strictement amateur, collabore à Alternative libertaire depuis près de 20 ans et à Ballast, une paire de fois Lecteur compulsif Photographe généralement sérieux Père attendri au point du gâtisme "Tu choisiras la vie" (Deut. 30:9)
Son blog
19 abonnés Le blog de Vidal Cuervo
Voir tous
  • De quoi cette police est-elle le nom?

    Par
    Démocratie « pompeuse » et « droit de regard » sur la marche de la justice : parce qu'elle pèse désormais sur la direction de la politique pour servir ses fins ultimes que sont la répression et l'usage monopolisé de la violence, la police est en mesure d'être à elle-même sa propre fin. La police est désormais le nom de la gouvernance qui vient.
  • Mises au point

    Par
    le pendu du tarot de Marseille le pendu du tarot de Marseille
    La guerre, c'est la paix. La paix, c'est la guerre. Orwell a parfaitement montré qu'un mot, prononcé par le politique, veut toujours dire son contraire. Lieux communs et mensonges ordinaires du pouvoir.
  • 73 ans: n'appelez pas ça conflit

    Par
    résistance palestinienne résistance palestinienne
    Il n'y a pas de conflit au moyen orient. Il n'y a qu'un programme cynique d'éradication
  • Menace putschiste: le déni

    Par
    1er mai, fête des Travailleurs. Le nombre de signataires de la menace de putsch parue dans Valeurs actuelles est passé de 12000 à 21000 : 10% de l'Armée. Mais les Français disent que ça n'est pas grave. Pourquoi ce déni de la montée du fascisme?
  • Le putsch: une valeur actuelle

    Par
    putsch d'Alger putsch d'Alger
    J'ai longtemps cru que l'armée française - « républicaine » - ne pouvait plus être putchiste. Je me trompais : la tribune accordée par Valeurs actuelles à un aréopage de ganaches excédées montre que la pulsion du coup d'État est là.  Les facteurs s'assemblent pour nous préparer des lendemains qui déchantent.