Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

48 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juin 2021

Génocide des Héréros, "accord" refusé par les peuples (en 1914 déjà Rosa Luxemburg)

80% de la population exterminée par le feu, la faim, la soif. 2021, reconnaissance du génocide et "accord" avec le gouvernement namibien : les peuples le refusent. 1914, Rosa Luxemburg écrivait : « Là-bas dans l’Afrique coloniale allemande, dans le désert du Kalahari blanchissent les os des femmes héréros, poussées par la soldatesque allemande vers cette mort de faim et de soif"

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monument génocide Héréros et Nama

80% de la population exterminée par le feu, la faim et la soif - DVP

« Là-bas dans l’Afrique coloniale allemande, dans le désert du Kalahari blanchissent les os des femmes héréros, qui ont été poussées par la soldatesque allemande vers cette mort de faim et de soif. De l’autre côté de l’océan, parmi les hauts rochers de Putumayo, résonnent, sans être entendus par le reste du monde, les cris de mort des femmes indiennes martyrisées dans les plantations des capitalistes internationaux ». RL 1914

"Le « monde civilisé » qui avait observé avec flegme ce même impérialisme lorsqu’il vouait des dizaines de milliers de Héréros à la fin la plus atroce, et qu’il remplissait le désert du Kalahari des cris déments d’hommes assoiffés et des râles de moribonds lorsqu’il torturait jusqu’à la mort, en l’espace de dix ans, quarante mille hommes sur le Putumayo par l’entremise d’une bande de chevaliers d’industrie européens et que le reste du peuple fut battu à en être infirme."  RL 1918


Durant des décennies le génocide des Héréros (80% de la population exterminée par le feu, la faim et la soif) a été tu. Tout au plus les méthodes décrites et condamnées, mais leur finalité, faire disparaître un peuple, soigneusement dissimulée. L'Allemagne a enfin officiellement reconnu le génocide " « Nous qualifierons maintenant officiellement ces évènements pour ce qu'ils sont du point de vue d'aujourd'hui : un génocide »." Des négociations ouvertes il y a cinq ans, auraient abouti à un accord comme célébré haut et fort ces derniers jours par les gouvernements allemand et namibien et par les médias. Mais les représentantEs des peuples Héréros et Namas ont été peu, voire pas du tout associéEs, Elles/ils refusent cet accord conclu avec le gouvernement namibien.

En particulier parce que la notion de réparations n'a pas été retenue, mais que l'argent versé l'est au titre de l'aide au développement. Dans son interview, Esther Utijuha Muinijangue explique clairement la différence et la peur des pays occidentaux de voir ainsi s'ouvrir les demandes des peuples ( L'interview est en allemand, je la résumerai dans un prochain article : https://www.zeit.de/zett/politik/2021-06/voelkermord-namibia-esther-utjiua-muinjangue-genozid-herero-abkommen). Esther Utijuha Muinijangue fait remonter la responsabilité à la Conférence de Berlin en 1884, lors de laquelle les pays occidentaux se sont partagés l'Afrique et démontre la responsabilité de tous les pays dont la France.

 Esther Utjiua Muinjangue ist Herero, Mitbegründerin und Vorsitzende des Ovaherero Genocide Committees und namibische Politikerin. © Gianluigi Guercia/​AFP/​Getty Images


Rosa Luxemburg avait fait du combat contre le colonialisme un axe central de son action, contrairement aux social-démocratie dont elle a dû souvent combattre sur ce point l'indifférence ou le refus de mobiliser (Voir ses articles sur le maroc en 1911 par exemple). Un tome, le 6, est en préparation aux Editions Agone/Smolny. Le nombre des occurrences témoignent de cette centralité.

En mars 1914, elle écrit un article : "La prolétaire" dans le N° 27 de la publication que son courant a mis en place face à la censure de plus en plus forte du courant majoritaire à son encontre ("Sozialistische Korrespondenz). C'est l'un des seuls articles de Rosa Luxemburg consacrés spécifiquement aux femmes et le titre "la Prolétaire) en est significatif. Significatif aussi qu'elle considère le sort des femmes prolétaires dans le monde et pas simplement en Europe, faisant ainsi référence aux femmes héréros que l'impérialisme  a fait au sens propre mourir de faim et de soif en les chassant vers le désert proche.

« Là-bas dans l’Afrique coloniale allemande, dans le désert du Kalahari blanchissent les os des femmes héréros, qui ont été poussées par la soldatesque allemande vers cette mort de faim et de soif. De l’autre côté de l’océan, parmi les hauts rochers de Putumayo, résonnent, sans être entendus par le reste du monde, les cris de mort des femmes indiennes martyrisées dans les plantations des capitalistes internationaux ». Gesammelte Werke, Dietz Verlag, P 412. Traduction Dominique Villaeys-Poirré

Dans la brochure de Junius en 1915, elle n'oublie pas non plus dans la dénonciation des "bêtes féroces" du capitalisme lâchées par l’Europe capitaliste, ce peuple martyrisé, dans l'indifférence de tous.

" L’actuelle guerre mondiale est un tournant dans le parcours de l’impérialisme. Pour la première fois, "les bêtes féroces que l’Europe capitaliste avait lâchées sur tous les autres continents ont fait irruption d’un seul bond en plein milieu de l’Europe. Un cri d’effroi parcourut le monde lorsque la Belgique, ce précieux petit bijou de la civilisation européenne, ainsi que les plus vénérables monuments culturels du Nord de la France, volèrent en éclats sous le choc d’une force de destruction aveugle. Le « monde civilisé » qui avait observé avec flegme ce même impérialisme lorsqu’il vouait des dizaines de milliers de Héréros à la fin la plus atroce, et qu’il remplissait le désert du Kalahari des cris déments d’hommes assoiffés et des râles de moribonds lorsqu’il torturait jusqu’à la mort, en l’espace de dix ans, quarante mille hommes sur le Putumayo par l’entremise d’une bande de chevaliers d’industrie européens et que le reste du peuple fut battu à en être infirme ; lorsqu’en Chine, il abandonnait une civilisation vieille comme le monde à la soldatesque européenne pour qu’elle soit mise à feu et à sang et subisse toutes les horreurs de la destruction et de l’anarchie ; lorsqu’il étranglait la Perse, impuissante, avec le nœud coulant toujours plus resserré de la tyrannie étrangère ; lorsqu’à Tripoli il a courbé les Arabes sous le joug du capital par le feu et par l’épée tandis que leur civilisation et leurs habitations étaient laminées - ce « monde civilisé » prend seulement conscience aujourd’hui que la morsure des fauves impérialistes est mortelle, que leur souffle est infâme. Il ne l’a remarqué que lorsque les fauves ont enfoncé leurs griffes acérées dans le sein de leur propre mère, la civilisation bourgeoise européenne. Et encore, cette découverte perce-t-elle avec réticence sous la forme distordue de l’hypocrisie bourgeoise, qui veut que chaque peuple ne reconnaisse l’infamie que dans l’uniforme national de son adversaire. « Les barbares allemands ! » - comme si tout peuple qui se prépare au meurtre organisé ne se transformait pas à l’instant même en une horde de barbares. « Les horreurs des cosaques ! » - comme si la guerre n’était pas en soi la plus grande des horreurs, comme si l’exaltation de la boucherie humaine présentée comme un héroïsme dans un journal socialiste à destination de la jeunesse n’était pas un bouillon de culture d’esprit cosaque ! Extrait de la brochure de Junius, Rosa Luxemburg à lire sur le site Smolny http://www.collectif-smolny.org/article.php3?id_article=2056


Des articles sur comprendre :

https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/2018/02/dossier-pour-situer-l-action-de-rosa-luxemburg-sur-le-colonialisme.le-massacre-des-hereros-1904-1908-sur-le-site-histoire-coloniale

http://comprendreavecrosaluxemburgdocumentsetdossiers.over-blog.com/2018/09/genocide-sous-le-deuxieme-reich-laboratoire-des-doctrines-et-pratiques-du-nazisme.sud-ouest-africain-1904-1908.html


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE