Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2022

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

2 décembre 1914. Pourquoi Karl Liebknecht a-t-il voté non?

C'est aujourd'hui le 108e anniversaire du vote historique de Karl Liebknecht. Seul député au Reichstag, seul parmi les 110 députés sociaux-démocrates, il refusait alors le renouvellement des crédits de guerre. Sa déclaration ne fut pas portée au compte-rendu des débats, le parti interdit sa reproduction dans sa presse Cette décision reste un événement majeur du refus de la guerre.

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

"Mais ma protestation va a la guerre, à ceux qui en sont responsables, à ceux qui la dirigent; elle va à la politique capitaliste qui lui donna naissance; elle est dirigée contre les fins capitalistes qu'elle poursuit, contre les plans d'annexion, contre la violation de la neutralité de la Belgique et du Luxembourg, contre la dictature militaire, contre l'oubli complet des devoirs sociaux et politiques dont se rendent coupables, aujourd'hui encore, le gouvernement et les classes dominantes."

La déclaration de Karl Liebknecht

Je motive ainsi qu'il suit mon vote sur le projet qui nous est soumis aujourd'hui.

Cette guerre, qu'aucun des peuples intéressés n'a voulue, n'a pas éclaté en vue du bien-être du peuple allemand ou de tout autre peuple. Il s'agit d'une guerre impérialiste, d'une guerre pour la domination capitaliste du marché mondial et pour la domination politique de contrées importantes ou pourrait s'installer le capital industriel et bancaire. Au point de vue de la surenchère des armements, c'est une guerre préventive provoquée solidairement par le parti de guerre allemand et autrichien dans l'obscurité du demi-absolutisme et de la diplomatie secrète.

C'est aussi une entreprise de caractère bonapartiste tendant à démoraliser, à détruire le mouvement ouvrier grandissant. C'est ce qu'ont démontré, avec une clarté sans cesse accrue et malgré une cynique mise en scène destinée à égarer les esprits, les événements des derniers mois.

Le mot d'ordre allemand : " Contre le tsarisme " tout comme le mot d'ordre anglais et français : " Contre le militarisme ", a servi de moyen pour mettre en mouvement les instincts les plus nobles, les traditions et les espérances révolutionnaires du peuple au profit de la haine contre les peuples. Complice du tsarisme, l'Allemagne, jusqu'à présent pays modèle de la réaction politique, n'a aucune qualité pour jouer le rôle de libératrice des peuples.

La libération du peuple russe comme du peuple allemand doit être l’œuvre de ces peuples eux-mêmes.

Cette guerre n'est pas une guerre défensive pour l'Allemagne. Son caractère historique et la succession des événements nous interdisent de nous fier à un gouvernement capitaliste quand il déclare que c'est pour la défense de la Patrie qu'il demande les crédits.

Une paix rapide et qui n'humilie personne, une paix sans conquêtes, voilà ce qu'il faut exiger. Tous les efforts dirigés dans ce sens doivent être bien accueillis. Seule, l'affirmation continue et simultanée de cette volonté, dans tous les pays belligérants, pourra arrêter le sanglant massacre avant l'épuisement complet de tous les peuples intéressés.

Seule, une paix basée sur la solidarité internationale de la classe ouvrière et sur la liberté de tous les peuples peut être une paix durable. C'est dans ce sens que les prolétariats de tous les pays doivent fournir, même au cours de cette guerre, un effort socialiste pour la paix.

Je consens aux crédits en tant qu'ils sont demandés pour les travaux capables de pallier à la misère existante, bien que je les trouve notoirement insuffisants.

J'approuve également tout ce qui est fait en faveur du sort Si rude de nos frères sur les champs de bataille, en faveur des blessés et des malades pour lesquels j'éprouve la plus ardente compassion. Dans ce domaine encore, rien de ce que l'on pourra demander ne sera de trop à mes yeux.

Mais ma protestation va a la guerre, à ceux qui en sont responsables, à ceux qui la dirigent; elle va à la politique capitaliste qui lui donna naissance; elle est dirigée contre les fins capitalistes qu'elle poursuit, contre les plans d'annexion, contre la violation de la neutralité de la Belgique et du Luxembourg, contre la dictature militaire, contre l'oubli complet des devoirs sociaux et politiques dont se rendent coupables, aujourd'hui encore, le gouvernement et les classes dominantes.

Et c'est pourquoi je repousse les crédits militaires demandés.

KARL LIEBKNECHT.
Berlin, le 2 décembre 1914

https://www.marxists.org/francais/liebknec/1914/dec/02a.htm

https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/2020/03/refus-du-vote-des-credits-de-guerre.declaration-de-karl-liebknecht-au-reichstag-le-2-decembre-1914.html

https://blogs.mediapart.fr/jean-claude-pottier/blog/031214/le-2-decembre-1914-karl-liebknecht-seul-depute-au-reichstag-allemand-voter-contre-les-credi

http://www.critique-sociale.info/977/karl-liebknecht-la-flamme-de-la-revolution/


Les arguments de Karl Liebknecht :

. Il s'agit d'une guerre impérialiste, d'une guerre pour la domination capitaliste du marché mondial et pour la domination politique de contrées importantes ou pourrait s'installer le capital industriel et bancaire

. Au point de vue de la surenchère des armements, c'est une guerre préventive provoquée solidairement par le parti de guerre allemand et autrichien dans l'obscurité du demi-absolutisme et de la diplomatie secrète.

. C'est aussi une entreprise de caractère bonapartiste tendant à démoraliser, à détruire le mouvement ouvrier grandissant.

. Le mot d'ordre allemand : " Contre le tsarisme " : La libération du peuple russe comme du peuple allemand doit être l’œuvre de ces peuples eux-mêmes.

. Cette guerre n'est pas une guerre défensive pour l'Allemagne.

. Une paix rapide et qui n'humilie personne, une paix sans conquêtes, voilà ce qu'il faut exiger.


L'illustration : Karl Liebknecht gab noch in der Sitzung eine Erklärung zur Ablehnung der Kriegskredite zu Protokoll (linke Spalte), welche später als Flugblatt gedruckt wurde. Quelle: Archiv der sozialen Demokratie der Friedrich-Ebert-Stiftung, 6/FLBL005307.


A lire sur comprendre-avec-rosa-luxemburg : https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/2021/08/le-courage-du-depute-liebknecht.le-refus-des-credits-de-guerre.une-semaine-avec-karl-liebknecht-2.html

Contrairement à une idée reçue, ce n'est pas le 4 août 1914 que Karl Liebknecht refusa de voter les crédits de guerre. Malgré des discussions acharnées, les députés du parti social-démocrate qui étaient contre ce vote - très minoritaires - au dernier moment par discipline de parti votèrent tous pour ces crédits. C'est cette même discipline de parti qui fit voter par tous les députés du parti communiste les pleins pouvoirs en Algérie. A méditer encore et encore aujourd'hui.

 C'est le 2 décembre, lorsque la question revint au parlement que Liebknecht seul, se leva dans l'hémicycle pour dire son refus. Là encore une vingtaine de députés qui s'étaient déclarés contre avaient renoncé. Seul alors qu'il y avait 11O députés du parti, qui représentaient une force énorme donc!

Un film malheureusement plus disponible en ligne (l'accès en est refusé!) montre la scène, tous les députés qui se lèvent pour dire oui et un député seul pour dire non. La scène est impressionnante.

 Liebknecht en septembre 1914 s'était rendu en Belgique en tant que député pour une enquête. Un document relate cette visite, qui sans aucun doute le conforta dans sa décision, lui qui luttait depuis des décennies déjà contre le militarisme. https://rouges-flammes.blogspot.com/2014/10/1914-1918-uomini-contro-cest-alors-que.html

 Le 4 août, Rosa Luxemburg réunit chez elle des militants de son courant, qui tenta de mobiliser contre la guerre. Liebknecht les rejoignit. Ce groupe constitua l'Internationale, puis le groupe spartakiste. Lire à ce sujet plus bas l'extrait de l'ouvrage de Badia.

Le texte de la déclaration au Parlement fut refusé à l'enregistrement. Il parut sous forme de tract

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte