Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

109 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2022

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

La quinzaine se termine par un appel à manifester à Lannemezan pour Georges Abdallah.

Quelle plus belle conclusion, quelle fin plus essentielle pour la quinzaine Mahmoud Darwich à Saint-Etienne que la projection du film Fedayin, Le combat de Georges Abdallah, et que cet appel à se joindre à la manifestation pour sa libération le 22 octobre 2022 devant la prison de Lannemezan, où est enfermé ce prisonnier communiste, emprisonné depuis 38 ans, libérable depuis plus de dix ans.

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« En solidarité avec les résistants palestiniens embastillés dans les geôles sionistes qui sont en grève de la faim pour dénoncer leur détention arbitraire et exiger l’abrogation de la loi permettant “la détention administrative”, je fais la grève de la faim aujourd’hui 1er  octobre. »

Fedayin

Le théâtre Chok était complet. Le film a été présenté par un membre du collectif Vacarme. Il en a décrit l'incroyable aventure, la solidarité pour son financement, sa réalisation. Les plus de 200 projections en France et dans de nombreux pays. Ses visites auprès de Georges dont la veille même de cette projection. Il a évoqué son parcours politique et le déroulement de la guerre policière, judiciaire que mènent aujourd'hui non seulement l'Etat Français, mais aussi américain et israélien contre sa libération. Les questions ont été nombreuses comme celles lui demandant comment avaient été tournées les dernières images, lui permettant de rendre ainsi hommage au réalisateur palestinien qui les leur a données en solidarité avec Georges, mettant ainsi en évidence la chaîne internationale des solidarités. Pour moi, je suis infiniment redevable au collectif pour l'interview de Suzanne, si discrète habituellement, le soin mis à la filmer, la précision des questions et ainsi de ses réponses.

Alors, quelle plus belle fin, et quelle fin plus essentielle pour la quinzaine Mahmoud Darwich à Saint Etienne que la projection de ce film et que cet appel à se joindre à la manifestation pour sa libération le 22 otcobre 2022 devant la prison de Lannemezan où est enfermé depuis 38 ans, un prisonnier communiste, libérable depuis maintenant plus de dix ans.

Extraits du film : https://liberonsgeorges.samizdat.net/materiel-militant/soutenons-le-documentaire-fedayin-le-combat-de-georges-abdallah/


De ce film, Fedayin, il faut souligner l'extrême qualité du contenu et de la forme.

La forme, le soin des images et des archives, la construction rigoureuse.

Le fond :

. Le film commence par un rappel historique, l'un des plus précis disponibles sur l'histoire de la Palestine, en particulier pour la période de l'arrestation de Georges Ibrahim Abdallah en 1984, les camps de réfugiés au Liban, le FPLP ... Permettant à chacun de mieux comprendre en quoi l'histoire de la Palestine et du Liban sont étroitement liées et dans quel contexte se situe l'action de Georges.

. Il transmet par les témoignages de sa famille, de camarades, de militants d'aujourd'hui, par la lecture de ses déclarations et textes, l'identité de Georges Ibrahim Abdallah dont le combat anti-impérialiste pour la Palestine se place sur le terrain de la lutte de classe.

. Il  montre le contexte de l'arrestation et de la condamnation. Les médias de l'époque accréditant alors sa responsabilité dans les attentats massacres dont Tati, auxquels il est fondamentalement et totalement étranger. Le manque de preuves justifiant la condamnation à perpétuité.

. Il raconte le refus de le libérer à la fin de sa peine, le ministère refusant de signer l'avis d'expulsion, quel paradoxe!, par peur de ce qu'il pourrait représenter au Liban, et  les efforts acharnés des autorités au plus haut niveau aux États-Unis et en Israël.

On entend la voix de Georges relisant sa déclaration au procès

Il se termine par une photo de Georges dans sa cellule,  debout, toujours debout.


Un site est dédié depuis de nombreuses années à sa libération

https://liberonsgeorges.samizdat.net/

https://liberonsgeorges.samizdat.net/qui-est-georges-abdallah/


Déclaration de Georges Abdallah – 18 juin 2022 pour la journée de la terre

Posted on 19 juin 2022 in Ses déclarations

Cher«e»s Camarades, Cher«e»s ami«e»s,

        Par ce temps de crises, de guerre et de grandes luttes, vous savoir mobilisés aujourd’hui, comme tous les ans, à célébrer dans la rue la «Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire» me remplit de force et me réchauffe le cœur aussi. Votre mobilisation Camarades, dans la diversité de votre engagement, est plus que vivifiante pour ceux et celles qui, depuis tant d’années s’expriment principalement de derrière les barreaux.

Comment ne pas se demander Camarades, par ce temps de crise globale du capitalisme mondialisé et de l’exacerbation des toutes ses contradictions, s’il n’y a pas lieu de donner un horizon plus ambitieux à la «Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire» ! Peut-être serait-il nécessaire d’affirmer à cette occasion qu’il ne s’agit plus seulement d’exprimer l’indéfectible solidarité avec les Camarades embastillé«e»s dans les geôles sionistes ou dans les geôles du fascisme en Turquie ou ailleurs de par le monde ; qu’il ne s’agit plus seulement de soutenir de toutes nos forces leurs justes revendications et saluer par là même la mobilisation en cours, autour de la grève de «la faim» de nos deux chers Camarades Khalil Aouaouda عواودة et Raed Rayan ou des deux autres chers Camarades Sibel Balaç et Gökhan Yıldırım. Peut-être serait-il temps d’affirmer que la célébration de la «Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire» est dorénavant destinée avant toute autre chose à interpeller et encourager les forces vives de la révolution et ses avant-gardes combattantes, afin qu’elles mettent en œuvre toutes les mesures nécessaires à l’expression pratique de la ferme détermination d’arracher nos camarades aux griffes de leurs criminels geôliers. Bien entendu Camarades, il ne s’agit pas là d’affirmer haut et fort un quelconque devoir d’ordre moral envers nos Camarades captifs, il s’agit tout simplement de conjuguer les capacités des forces révolutionnaires (aux niveaux national, régional et international) et d’inscrire en premier lieu la libération de nos Camarades, dans la dynamique globale des luttes réellement en cours.

En effet, rappelons-nous Camarades, qu’à plusieurs reprises dans le passé, pas si lointain, les avant-gardes de la lutte révolutionnaire palestinienne ont assumé cette tâche avec beaucoup de courage et d’abnégation obligeant l’ennemi à libérer des milliers des camarades captifs. Certainement la libération des prisonniers révolutionnaires a toujours été un moment de grande effervescence populaire et a toujours nourri et consolidé les liens de solidarité à l’échelle internationale et participé par-là même, de la façon la plus significative, au rayonnement de la révolution palestinienne et à l’enrichissement de la lutte anti-impérialiste /anticapitaliste, aussi bien au niveau national que régional et à plus forte raison au niveau international.

Comme vous voyez Camarades, les contradictions inter-impérialistes occupent ces jours-ci, le devant de la scène internationale. Rien ne laisse supposer qu’elles vont s’atténuer de sitôt. Sur fond de crise globale du système capitaliste mondialisé, ces contradictions sont appelées à s’exacerber de plus en plus et à se propager au niveau planétaire. Force est de constater que la perte d’hégémonie de l’impérialisme USA au niveau mondial le pousse dans sa fuite en avant vers plus d’agressivité vis-à-vis des autres pôles impérialistes et surtout vers plus de criminelle hostilité vis-à-vis des États indépendants quelque peu contestataires à son goût …

Tout naturellement la propagande impérialiste bat son plein ces jours-ci. Et il semble inutile de s’attarder longuement sur les pseudo-arguments quant aux méchants agresseurs et pauvres agressés…

Camarades, les contradictions inter-impérialistes qui s’expriment en Europe pour le moment nous rappellent à tous, qu’en l’espace d’un siècle, le capitalisme jette l’humanité au bord d’une guerre mondiale pour la troisième fois… La crise de ce capitalisme moribond dans sa phase de putréfaction avancée est la crise du capitalisme mondialisé réellement existant. Pas de sortie de crise dans le cadre de ce capitalisme. On ne le répète jamais assez : la guerre est inscrite en quelque sorte dans le code génétique du capital. Le capitalisme mondialisé est le capitalisme réellement existant aujourd’hui et l’agonie de son monde ne s’achèvera que dans le dépassement du capitalisme vers le communisme. Ce n’est qu’à travers la lutte implacable de « classe contre classe » dans les centres impérialistes que l’on peut et que l’on doit en finir avec la barbarie de la guerre inter-impérialiste.

Camarades, certainement il y a place pour d’autres futurs que la soumission aux criminels diktats du capitalisme moribond et la barbarie de ses guerres impérialistes et inter-impérialistes.

Les conditions de détention dans les geôles sionistes ne cessent de s’empirer de jour en jour. Et comme vous le savez Camarades, pour y faire face la solidarité internationale s’avère une arme indispensable…

Tout naturellement les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes révolutionnaires peuvent toujours compter sur votre mobilisation et votre solidarité active.

La détention administrative ne doit plus passer sous silence. Ensemble Camarades dénonçons et combattons ces aberrations sionistes barbares !

La retenue des corps des militants morts en prison est une abjection. Dénonçons-la et combattons-la par tous les moyens disponibles !

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et de sa prometteuse Résistance !

Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur des Fleurs et Lionceaux palestiniens !

La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les cellules d’isolement au Maroc, en Turquie, en Grèce et aux Philippines et ailleurs de par le monde !

La solidarité, toute la solidarité avec les jeunes prolétaires des quartiers populaires ! 

Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !

À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes ! 

Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent dans la diversité de leurs expressions ! 

Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !

La Palestine vivra et la Palestine, certainement, vaincra.

À vous tous Camarades et Ami«e»s mes salutations révolutionnaires

Votre Camarade Georges Abdallah

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier