Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

107 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2022

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

Clara Zetkin, 165e

165e anniversaire de la naissance de C. Zetkin. Sur le net, belle vidéo- lecture d'un de ses textes majeurs. Jointe la traduction de la lettre de C. Zetkin lorsqu'elle apprend les assassinats de R. Luxemburg et K. Liebknecht . Car Clara Zetkin fut aussi une figure essentielle du courant révolutionnaire au sein de la social-démocratie. En fin d'article "les 354 assassinats" recensés par E. Gumbel.

Villaeys-Poirré
Je cherche à comprendre.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


L'émancipation des femmes sera socialiste ou ne sera pas - Clara Zetkin - Lecture #32 © Cathédrale osseuse - https://www.youtube.com/watch?v=VL8QI-uFnBQ

165e anniversaire de la naissance de Clara Zetkin. Découvert sur le net cette très belle vidéo, illustrant une lecture d'un des textes majeurs de Clara Zetkin.

https://www.youtube.com/watch?v=VL8QI-uFnBQ

Vous trouverez ce texte publié sur ce blog le 8 mars 2021 :

https://blogs.mediapart.fr/villaeys-poirre/blog/080321/clara-zetkin-l-emancipation-de-la-femme-comme-celle-de-tout-le-genre-humain

Je joins la traduction de la lettre de Clara Zetkin lorsqu'elle apprend les assassinats de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. Car Clara Zetkin a aussi été une figure majeure du courant révolutionnaire au sein de la social-démocratie.

https://agone.org/aujourlejour/zetkin. 

Sur mon blog, j'ai entamé la publication de documents sur l'assassinat du mouvement ouvrier dans ces années 1918 - 1924, en particulier des extraits d'un ouvrage essentiel : Emil Gumbel, quatre ans de meurtres politiques, publié dès 1925, dans lequel il recense avec une extrême  précision chacun des 354 meurtres, liste dans laquelle s'incluent ceux de Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Leo Jogiches et qui fait mieux comprendre dans quelle logique ils s'inscrivaient.

https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com

https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/search/Clara%20Zetkin/


Clara Zetkin à Mathilde Jacob

Wilhelmshöhe, 18 janvier 1919

Chère Mademoiselle Mathilde, très chère amie,

Hier matin est parvenue la terrible nouvelle. La veille, les journaux avaient annoncé l'après-midi, l'arrestation de Karl et de Rosa. Je pressentais que quelque chose de grave pouvait arriver et je télégraphiais aussitôt à Haase et Mme Zietz que l'on fasse tout ce qui était possible pour les protéger. J'écrivis aussi une lettre exprès en ce sens à Eisner[1], afin qu'il use de son influence officielle. J'étais fermement décidée, malgré la maladie, les difficultés de déplacement et les conseils de Rosa me dissuadant de faire ce voyage, à venir à Berlin pour remuer ciel et terre afin de protéger ces deux êtres chers, irremplaçables.

Et puis, hier, les journaux du matin sont arrivés. Tout était fini, oh ma chère Mathilde, vous comprenez certainement, comment je me sens depuis. Car même si vous ne participiez pas au combat politique, vous les avez connus et compris, personnellement, humainement, tous les deux, mieux que nombre de militants politiques. Vous savez ce qu'on leur a fait subir. Et c'est pourquoi je viens à vous avec tout mon désespoir. Est-ce que je suis encore vivante et puis-je encore vivre après ce qui est arrivé de pire ? Je voudrais pleurer, je voudrais lancer un cri si puissant qu'il ébranle, renverse ce monde ; et surtout ne pas penser, ne pas penser à cette chose terrible : ils sont morts, assassinés, assassinés de la plus cruelle des façons. Je ne comprends pas que la vie puisse continuer son cours sans Karl et Rosa, que dehors le soleil brille. Il nous semble qu'il a perdu de son éclat et que le temps s'est arrêté, qu'il ne veut pas aller au-delà de ce terrible événement. Oh, Mathilde, Mathilde, quelle perte avons-nous subie ! Votre témoignage de sympathie nous fait du bien, mais il ne peut atténuer notre désespoir. Pour Rosa, pour elle, nous voulons tenter de continuer à vivre sans elle. Mais il n'est pas sûr que nous en soyons capables, que cela ne dépasse pas nos forces. Et notre propre désespoir nous fait penser aux souffrances de nos autres amis. Comme vous devez souffrir, très chère Mathilde, comme doivent souffrir le pauvre Leo [Jogiches] dans sa prison, la malheureuse Sonia dont Karl était le sens même de la vie, les âmes simples, modestes qui ont travaillé et lutté ces derniers temps avec eux. Nous sommes unis dans notre détresse.

Mathilde, serons-nous capables de supporter la vie sans ces deux êtres, de vivre sans Rosa ? Essayer n'a de sens pour moi que si nous pouvons la consacrer à travailler et combattre, fidèles à leur esprit, au sein des masses, avec les masses, à veiller, faire en sorte que l'esprit de ces deux êtres assassinés continue à guider notre action. Voilà pour moi le testament que laisse Rosa. Cela implique aussi de rassembler et publier ses travaux. Ils sont pour nous l’héritage précieux, vivant, qui appartient aux masses, ils constitueront, avec ce que construira dans l'avenir le mouvement révolutionnaire, le monument digne de Rosa, plus durable que la pierre. Je veux employer toutes mes forces pour que Karl et Rosa aient le seul monument digne d'eux, au sein de la littérature socialiste et dans l'histoire.

Très chère amie, c'est là votre tâche, veiller à ce que pas une note, pas une ligne des manuscrits de Rosa ne soit oubliée, ne disparaisse, que pas un seul de ses anciens travaux, articles, brochures etc., déjà imprimé, ne soit perdu. Vous devez veiller avec la plus grande vigilance à ce que, sous prétexte de décisions de justice, perquisitions, etc., rien, rien du tout de ce qui représente l'héritage politique et intellectuel de Rosa ne puisse être dérobé. Vous avez besoin pour tout cela d'un avocat. Espérons que vous pourrez en trouver un qui possède la compréhension exacte et le courage nécessaire. L'héritage de Rosa, sa pensée, doit être défendu, il appartient au prolétariat révolutionnaire. De même, des personnes non qualifiées, telles que Kautsky & Co ne doivent pas mettre la main dessus[2]. Ce serait une profanation de son cadavre. Ah, si seulement Léo était libre ! Il nous faut aussi rassembler tous les anciens travaux de Rosa. Je crains que Rosa ait fait comme moi. Il lui suffisait de lancer ses idées au sein du mouvement, les distribuant sans compter, mais elle n'a pas rassemblé ses travaux. Nous devons donc les rechercher dans les journaux et les revues. Particulièrement importants sont ses écrits des dernières années et des dernières semaines. Die Rote Fahne sera pour cette révolution, ce qu’a été la Rheinische Zeitung pour la révolution de 1848 : la voix directrice du socialisme. C'est là qu'a battu le cœur de la révolution.

L'assassinat de Karl et Rosa a tout de l'exécution d'un contrat. Les massacreurs du gouvernement craignaient les désagréments et l'effet dévastateur d'un procès, ils craignaient le combat sans merci que tous les deux menaient, un temps empêché, mais qui jamais ne pouvait être brisé. Ils ont voulu ôter à la révolution, ce bras courageux mis au service de la lutte, ce cerveau brillant, capable de l'orienter, ce cœur brûlant de passion.

Karl et Rosa ont été assassinés. Non ! Ils ne vivront pas seulement pour nous, ils vivront, ils devront vivre pour les masses qui leur survivent et pour lesquelles ils se sont donnés, sacrifiés, corps et âmes. Est-ce que des cœurs comme les leurs peuvent s'arrêter de battre, des esprits comme les leurs s'arrêter de briller, de créer ? Je viens à Berlin dès que je peux, pour parler directement de tout, ce qui est difficile de régler par courrier. Dites à nos amis que je suis plus que jamais auprès d'eux, que nous devons serrer les dents et « tenir ». C'est ce que demandent les morts aux vivants. Si c'est possible, donnez-moi des nouvelles, mais seulement en recommandé. J'ai reçu votre dernière lettre en même temps qu'une lettre de huit pages écrite par Rosa dans le feu, le danger de l'action. Une si gentille lettre - Tout à fait Rosa, et maintenant - Il faut que je ne pense à rien !

Chère bonne amie, excusez-moi, de ne plus être maîtresse de moi. Cela dépasse mes forces. Saluez tous ceux qui partagent notre souffrance. Je vous embrasse de toute mon amitié.

Votre Clara Zetkin

Traduction et présentation de Dominique Villaeys-Poirré (Animatrice du blog Comprendre avec Rosa Luxemburg ) .De Rosa Luxemburg sont parus les cinq premiers tomes des Œuvres complètes (Agone & Smolny) : Introduction à l’économie politique (2009), À l’école du socialisme (2012), Le Socialisme en France (2013), La Brochure de Junius (2014), L’Accumulation du capital (2019), disponible désormais en ePub.

1. Kurt Eisner participa à la chute de la monarchie en Bavière à l’automne 1918 et fut élu le 8 novembre, par le conseil ouvrier, Premier ministre de la République de Bavière. Il fut assassiné le 21 février 1919.


Les 354 assassinats répertoriés par Emil Gumbel 

Ils témoignent du contexte dans lequel il faut comprendre ceux de R. Luxemburg, Karl Liebknecht, Leo Jogiches ...

Aloys Fulneczek, arrêté par les corps francs en février 1919 et assassiné dans sa cellule pour prétendue tentative de fuite.

Victimes, ils meurent, fusillés sans procès, pour tentative de fuite, leurs agresseurs en légitime défense ... Les auteurs sont des militaires des corps francs et de l'armée. Les auteurs ne sont pas inquiétés, acquittés faute de preuves, condamnés à des peines insignifiantes. Ils rejoindront en général le nazisme dont certains deviendront des dignitaires. Le pouvoir politique social-démocrate majoritaire de l'époque est responsable, en organisant le maintien ou l'émergence des forces militaires réactionnaires, en laissant faire l'impunité, en développant une propagande où le terme de spartakiste est utilisé contre tous et comme synonyme de terrorisme, et en fin de compte par l'intermédiaire de Gustav Noske en donnant un appui légal à ces agissements.

Emil Gumbel en faisant ce travail a donné un nom à chacune de ces victimes, et une histoire en dévoilant les faits concrets qui ont accompagné leur mort. Il a de ce fait aussi éclairé le contexte de la mort de Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht, Leo Jogiches.

D.V.P. juillet 2022

https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/2022/07/354-meurtres-politiques-repertories-par-emil-gumbel-les-assassinats-de-r.luxemburg-k.liebknecht-leo-jogiches-etaient-partie-d-un-ensemble-et-d-une-volonte-non-desactes-isoles.html

Les négociateurs du Vorwärts abattus quatre jours avant Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht

https://comprendre-avec-rosa-luxemburg.over-blog.com/2022/06/11-janvier-1919-les-negociateurs-du-vorwarts-abattus-quatre-jour-avant-rosa-luxemburg-et-karl-liebknecht.le-travail-extraordinaire-d-emil-gumbel.html

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Un vaste mouvement social s’installe chez Arc en Ciel, sous-traitant du nettoyage
À Paris, Puteaux et Lyon, des salariés d’Arc en Ciel, une grosse entreprise de nettoyage présente dans de nombreux sites publics, sont en grève. En creux, c’est le recours à la sous-traitance dans les gares, les universités ou les hôpitaux qui est mis en cause.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT