Les chemins de fer européens travaillent à une vraie Europe du rail

Les trains de nuit sont peut-être de retour aux Pays-Bas. Il y a quelques années, ils avaient disparu du paysage ferroviaire, NS international et la Deutsche Bahn les trouvant insuffisamment rentables.

Article de Paul Eldering,
paru dans le quotidien De Telegraaf du 13 juin courant

Lien vers l'article original : https://www.telegraaf.nl/nieuws/2162981/slaaptrein-staat-weer-op-de-rails

Traduit du néerlandais par Vincent Doumayrou
=-=-=-

Les NS [équivalent de la SNCF aux Pays-Bas - Note du traducteur NdT] veulent tenter une relance du train de nuit de concert avec les chemins de fer autrichiens, qui sont très dynamiques sur ce créneau. Ces trains circuleraient à partir de 2020. Le contexte est porteur : le train constitue une alternative durable à l'avion et la désaturation de l'aéroport d'Amsterdam - Schiphol se fait chaque jour plus urgente.

Un porte-parole des NS l'a confirmé : "Les chemins de fer autrichiens vont prolonger leur train de nuit Nightjet de Dusseldorf jusqu'à Amsterdam, ce qui offrira aux voyageurs une liaison nocturne directe des Pays-Bas vers les Alpes, l'Italie ou la Croatie. Une demande soutenue existe pour cela, mais il nous faut trouver des partenaires dans d'autres pays d'Europe, ce qui n'est pas toujours simple".

Les gestionnaires d'infrastructures réunis au sein de l'EIM (European Rail Infrastructure Manager) envisagent un plan pour s'attaquer aux barrières au trafic international, comme les passages de frontières, les obstacles d'ordre techniques, la signalisation. Les billets doivent être disponibles à meilleur marché et de manière plus simple. Les gestionnaires d'infrastructure ont abordé ces questions lors d'un congrès qui s'est tenu au mois de juin à Amersfoort [une ville du centre des Pays-Bas - NdT].

"Le trafic ferroviaire de longue distance peut être d'un accès beaucoup plus simple et plus rapide, pour que le voyageur n'ait pas toujours besoin de prendre l'avion. La profession aérienne a réglé ces problèmes depuis longtemps, et le rail doit désormais relever le défi. Il existe des crédits européens pour cela", a déclaré le président Pier Eringa, de ProRail [équivalent de SNCF Réseau aux Pays-Bas - NdT].

Selon lui, l'Europe doit mettre en place des corridors dédiés au transport de personnes avec une meilleure coordination des horaires. "Dans le transport de marchandises, cela fonctionne déjà. Le transport de passagers est encore trop souvent conçu selon une logique nationale, mais nous travaillons à changer cela", selon M. Eringa.

Une meilleure exploitation des trains et une standardisation des procédures et des licences d'exploitation est nécessaire, selon l'EIM, pour élargir la palette des destinations internationales à des villes telles que Prague, Copenhague, Berlin ou Genève. "L'aviation fait cela volontiers pour résoudre les problèmes d'aéroports saturés".

M. Eringa plaide lui aussi pour le train de nuit. "Il arrive une nouvelle génération qui souhaite un choix conscient pour le train plutôt que pour l'avion. Il nous incombe de séduire le voyageur avec des arguments de prix, de confort, d'agrément à bord et de temps de trajet attractifs", souligne-t-il.

Selon lui, il convient d'agrandir encore le réseau de lignes à grande vitesse. Les NS souhaitent par exemple que le Thalys au départ des Pays-Bas offre de meilleures correspondances, à Paris, avec des TGV vers le Midi de la France.

[fin de la traduction]

Mon commentaire : il y aurait donc un marché pour le train de nuit entre Amsterdam et les Alpes et pas entre Paris et Nice, villes beaucoup plus grandes ? M. Duron nous expliquera cela, lui qui a défendu l'arrêt complet du train de nuit Paris - Nice.

 

Vincent Doumayrou,
auteur de La Fracture ferroviaire, pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer,
Préface de Georges Ribeill. Les Éditions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 2007.

=-=-=-

Vous trouvez ce billet pertinent voire utile, vous en approuvez le propos ? Faites-le suivre à vos ami(e)s, parents, connaissances, collègues, confrères et consœurs...

Ce blog se veut écocitoyen. Par conséquent, il n'utilise de photos qu'à la marge, et uniquement en format réduit. Les billets sont supprimés au bout d'une durée maximale de deux ans, à moins de présenter un intérêt particulier.
=-=-=-

Pour me contacter : vincent-doumayrou{a}laposte.net
Pour m’écouter gazouiller (photo de fond personnelle) : Mon compte Twitter
=-=-=-

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.