Vincent Doumayrou
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juil. 2018

Vincent Doumayrou
Abonné·e de Mediapart

La Deutsche Bahn exclut l'arrivée de la réservation obligatoire

La SNCF l'a imposée, envisage de l'étendre à certains TER et la présente comme un outil de saine gestion du trafic ferroviaire : en France, la réservation obligatoire apparaît comme une évidence auprès des décideurs et du grand public. Pourtant la Deutsche Bahn a gardé un système ouvert, et le point fait débat en Allemagne chez les observateurs comme dans la clientèle du train.

Vincent Doumayrou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Date de parution : la 11 juin 2018
Lien : https://www.zugreiseblog.de/deutsche-bahn-reservierungspflicht/
Traduit de l'allemand par Vincent Doumayrou
=-=-=-

Les observateurs évoquent de manière récurrente la possibilité que la réservation devienne obligatoire sur le train à grande vitesse ICE. La Deutsche Bahn (DB) exclut cependant cette hypothèse.
En France, en Suède ou en Italie, la réservation obligatoire s'applique depuis belle lurette sur les trains de grandes lignes. Dans ce cas, le voyageur doit, outre le ticket, détenir une réservation de place assise, et dans l'hypothèse où toutes les places d'un train sont réservées, il ne peut plus faire le déplacement et doit choisir une autre relation : il ne peut pas voyager debout.
En Allemagne, ce système clos n'existe pas et la DB n'a dans les tiroirs aucun projet de ce genre. Christian Vögle, directeur de la stratégie de DB Fernverkehr AG, l'a confirmé au congrès annuel de la société de recherche sur les transports (DVWG) à Erfurt.
"Nous n'introduirons pas de système fermé avec réservation obligatoire", a-t-il promis. L'ICE restera ce que nous appelons un système ouvert. On peut monter dans un train à grande vitesse de la DB même s'il n'y a plus de place assise disponible.
Le problème, dans un tel cas, est qu'à défaut de place assise, le voyageur doit rester debout. L'avantage est que l'on peut voyager même si toutes les places assises sont occupées. Il n'est donc pas nécessaire de patienter une heure ou plus en attendant la prochaine relation disponible. Ce n'est que dans le cas où le train est en surcharge que le personnel de bord peut, pour des raisons de sécurité, interdire l'accès à bord.

La discussion
Ce sont en premier lieu les voyageurs d'affaires et les pendulaires qui apprécient qu'il n'y ait pas l'obligation de réserver. En effet, ils ne savent souvent pas quel train ils prendront à la fin d'une réunion par exemple. Avec un ticket Flexpreis, ils peuvent monter dans le train suivant sans aucune formalité. Cette souplesse d'accès constitue un avantage par rapport au transport aérien, où le voyage n'est pas possible sans réservation de place assise.
En revanche, nombreux sont les voyageurs occasionnels qui seraient demandeurs d'une réservation obligatoire. Pour eux, il est souvent important d'être certain de disposer d'une place assise lors d'un long trajet en train. De plus, le confort est à l'évidence dégradé si, partout dans le train, d'autres voyageurs sont debout et si cela complique le fait d'aller vers les toilettes ou vers la voiture-restaurant. Une réservation de place moyennant supplément n'apporte pas forcément de solution à cela.
Et les concurrents critiquent aussi la DB. "Les billets à bas prix sans place assise qui inondent le marché sur des relations importantes nous causent du tort", affirme ainsi Patrick Kurth, dirigeant de Flixbus, qui a même parlé de distorsion de concurrence lors du congrès... alors même que les dispositions tarifaires de Flixtrain n'offrent pas de garantie de place assise non plus.

Bientôt un billet à réservation incluse sur les ICE ?
La réservation incluse pourrait constituer un compromis entre un système ouvert et un système fermé. D'ores et déjà, la DB met en application ce dispositif pour l'achat d'un billet de première classe. Si le voyageur titulaire d'un Flexpreis choisit un autre train, il peut échanger la réservation sans frais.
Quelques voyageurs critiquent ce système, car la place assise dans le train s'affiche comme réservée même si personne ne l'utilise. Cela se produit lorsque le voyageur ne prend pas le train prévu sans avoir échangé sa place au préalable. Ce phénomène pourrait conduire au fait que, du fait des nouvelles modalités de réservation de la DB, il ne soit plus possible de réserver sur un train apparemment complet.

La question de savoir si voire quand la réservation incluse sera possible en seconde classe reste sans réponse à ce jour. Dans le cadre des discussions sur l'avenir de la mobilité avec le nouveau train ICE4, il ressort en tout cas que la réservation incluse serait possible mais seulement dans certaines voitures ou dans certains segments du train, comme dans les chemins de fer japonais. En tout état de cause, la DB exclut la généralisation de la réservation obligatoire.
Par ailleurs, avec le nouveau Komfort Check-In le voyageur doit disposer d'une réservation prise au moment de commander le billet ; une réservation acquise plus tard ne suffit alors pas. De ce fait, ce système existe avant tout pour les voyageurs de première classe, puisque dans leur cas, la réservation est automatiquement incluse.

Bien cordialement,
Vincent Doumayrou,
auteur de La Fracture ferroviaire, pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer,
Préface de Georges Ribeill. Les Éditions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 2007.

=-=-=-

Vous trouvez ce billet pertinent voire utile, vous en approuvez le propos ? Faites-le suivre à vos ami(e)s, parents, connaissances, collègues, confrères et consœurs...
Ce blog se veut écocitoyen. Par conséquent, il n'utilise de photos qu'à la marge, et uniquement en format réduit. Les billets sont supprimés au bout d'une durée maximale de deux ans, à moins de présenter un intérêt particulier.
=-=-=-

Pour me contacter : vincent-doumayrou{a}laposte.net
Pour m’écouter gazouiller (photo de fond personnelle) : Mon compte Twitter
=-=-=-

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas