Vincent Doumayrou
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2020

Vincent Doumayrou
Abonné·e de Mediapart

Le vélo en ville, hier, aujourd'hui et demain

Alors que le déconfinement et la victoire vraisemblable de listes vertes aux élections municipales semblent remettre sur selle l'usage du vélo, retour sur l'histoire de ce moyen de transport longtemps dédaigné en France.

Vincent Doumayrou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faut peut-être ériger un autel à Vulcain, dieu romain des volcans, dans les réunions de défenseurs de la bicyclette. En 1815 en effet, l'éruption du Tambora, en Indonésie, projeta de nombreux gaz dans l'atmosphère, ce qui conduisit à une année sans récolte, obligea de nombreux habitants d'Europe à manger du cheval... et donc, à chercher un remplacement à la traction animale, ce qui conduisit à l'invention de la draisienne, ancètre du vélo, à Mannheim en Allemagne.
C'est le début d'une histoire que raconte Frédéric Héran, dans son livre Le Retour de la bicyclette, sous toutes ses facettes, aussi bien techniques que sociologiques et politiques. Au XIXème siècle, l'usage du vélo se développe de manière prodigieuse, car il assure une autonomie que ne permettent ni la traction animale ni les réseaux de transport public. Dans tous les pays, il va peu à peu s'imposer comme le moyen de transport le plus utilisé. Ainsi, le Docteur Ruffier témoigne, en 1929 : "En franchissant le Pont de Bezons [sur la Seine, près d'Argenteuil, en banlieue parisienne], un jour de semaine, à sept heures du matin, [m']éloignant de Paris, c'est à peine si je pouvais passer dans le flot de cyclistes qui venaient à ma rencontre se dirigeant vers la capitale ou sa proche banlieue. Tous ces gens se rendaient à leur travail (...) et le plus amusant, au moins pour moi, c'est que cette foule de cyclistes entravait toute circulation. (...) Le tramway lui-même, pourtant chargé de prolétaires, ne glissait qu'au ralenti et par légers bonds successifs sur ses rails odieux".
Après la Seconde Guerre mondiale, cette domination du vélo s'est peu à peu effritée, sous les coups de boutoir de l'automobile. En France, l'influence des fabricants de cyclomoteurs réussit à cantonner le vélo à la mobilité de loisirs, et à l'exclure progressivement de ses fonctions utilitaires ; en substance, le vélo, c'est bon pour la promenade du dimanche, pas pour aller au travail. Le lobbying de Maurice Goudard, ingénieur centralien, co-fondateur de la société Solex, fut décisive à cet égard, la France étant dans les années 1950 le premier producteur mondial de deux roues motorisés. A cette période, son déclin est universel et touche même les pays réputés les plus vélocipédiques ; aux Pays-Bas, son usage a baissé de moitié entre 1965 et 1975, tout en restant plus élevé qu'en France et qu'au Royaume-Uni.
La différence, pour ne pas dire le fossé, observés aujourd'hui entre pays européens s'est avant tout creusée depuis les années soixante-dix : l'usage a rebondi dans les pays du Nord, en Flandre et en Italie, mais la marginalisation s'est poursuivie en France, en Wallonie et au Royaume-Uni. Depuis 2000, dans notre pays, l'utilisation du vélo remonte, mais à partir d'un point de départ très bas, et reste cantonnée aux métropoles, et aux classes moyennes supérieures, cadres du secteur public et professions libérales pour l'essentiel, en rupture totale avec les années 1950 et 60 où il était devenu un transport de pauvre. En Europe, notre pays reste parmi les lanternes rouges de l'usage du vélo.
Quant aux Pays-Bas, ils sont devenus le champion européen de la mobilité en bicyclette du fait d'un cumul de raisons : l'ancienneté de la population urbaine dans le pays, qui pousse les gens à agir pour une ville partagée ; la densité de population élevée, qui rend les territoires plus facilement accessibles les uns aux autres ; la volonté d'affirmer une identité nationale face à la menace allemande, ou encore la résistance face au blocus britannique, pendant la Première Guerre mondiale, alors que le pays était resté neutre ; ainsi que l'action de la famille royale, qui a tenu à afficher son usage de ce moyen de transport, la Reine Wilhelmine étant même surnommée "la reine cycliste" ! A quand Emmanuel Macron, "Président de la République cycliste" ?
En conclusion, l'auteur essaie de dégager les éléments d'un système vélo, fait de promotion politique intense et de construction de réseau cohérent de pistes cyclables.
Par le panorama très complet qu'il offre du phénomène vélocipédique et ses nombreuses références en note, ce livre de référence offre tout à la fois le caractère scientifique d'un livre universitaire (l'auteur est professeur à l'université de Lille) et le caractère engagé d'un livre militant.
Frédéric Héran, Le retour de la bicyclette, Cahiers libres La Découverte, Paris, 2013. 231 pages, 10 €.
Bien cordialement,
Vincent Doumayrou,
auteur de La Fracture ferroviaire, pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer,
Préface de Georges Ribeill. Les Éditions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 2007.
=-=-=-
Le site de l'auteur, avec un lien vers le livre : http://heran.univ-lille1.fr/
=-=-=-
Ce blog se veut écocitoyen. Par conséquent, il n'utilise de photos qu'à la marge, et uniquement en format réduit. Les billets sont supprimés au bout d'une durée maximale de deux ans, à moins de présenter un intérêt particulier.
=-=-=-
Pour me contacter : vincent-doumayrou{a}laposte.net
Pour m’écouter gazouiller (photo de fond personnelle) : Mon compte Twitter
=-=-=-

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige