Environ 200 migrants par jour au centre humanitaire de la Gare du Nord

Diverses organisations humanitaires dont la liste figure en annexe ont créé, à la fin du mois de septembre 2017, un centre humanitaire de services dans le quartier du Nord de Bruxelles. Il apporte une réponse concrète à l’urgence criante que connaissent des réfugiés en transit. Au début du mois de janvier, le centre a déménagé à la Gare du Nord. Depuis, environ 200 migrants par jour y affluent.

Communiqué de Vluchtelingwerk Vlaanderen (Œuvre pour les Migrants Flandre) diffusé sur le site d'information De Wereld morgen
Date de parution : le 24 janvier 2018
Lien : http://www.dewereldmorgen.be/artikel/2018/01/24/humanitaire-hub-station-brussel-noord-krijgt-dagelijks-zon-200-migranten-over-de-vloer

Traduit du néerlandais par Vincent Doumayrou
=-=-=-

Le centre offre une alternative humanitaire à la politique de dissuasion et de répression menée par le gouvernement belge et apporte une réponse concrète à la détresse souvent criante d’un groupe d’hommes aux conditions d’existence incertaines à Bruxelles.

Le centre dispose d’un panel d’aide qui va de l’accompagnement juridique, le soin médical et psychologique mais aussi l’assistance sociale, la recherche de parents, la distribution de vêtements et l’orientation vers un hébergement d’urgence. « Ces gens ont, comme le reste de la population, des besoins élémentaires. Nous estimons que les migrants en transit et les réfugiés y ont droit et nous voulons y apporter une réponse humaine ».

Les droits de diffusion de ce média
sur Mediapart sont épuisés.

Pour mener à bien cette tâche, il fallait un lieu plus grand et plus central. Le nouveau centre est situé à la Gare du Nord, est grand de 800 m² ; la compagnie d'assurances AXA le met gracieusement à disposition jusqu’à la fin du mois de septembre. « Le regroupement de toutes les organisations et de tous les services sur un même lieu permet une meilleure efficacité et évite aux migrants des allées et venues entre différents services. Cela permet de gérer de manière intégrée des services très liés entre eux. Nous sommes convaincus que le système de référent interne est la meilleure réponse à apporter aux besoins exprimés », disent les organisations.

Depuis le déménagement à la Gare du Nord, les organisations voient passer quotidiennement environ 200 personnes. « Chaque jour, nous voyons passer des personnes gravement vulnérables, souvent désorientées, fragilisées et apeurées. Le hub leur permet de trouver une réponse adaptée à leurs demandes ».

Les organisations considèrent le centre comme une solution temporaire et partielle. Pour cette raison, elles estiment que le gouvernement devrait mettre en place un centre d’accueil et d’orientation dans la ville. Pour les parties prenantes du centre, la prise en charge pérenne d’un groupe d’au plus 500 personnes dans un pays tel que la Belgique n’est un problème que pour qui n’a pas envie de le résoudre. « La société civile demande depuis des mois la création d’un centre d’orientation pérenne mais l’idée tombe dans l’oreille d’un sourd » disent les organisations. « Pendant ce temps, les citoyens et les organisations se mobilisent chaque jour pour porter assistance aux migrants. Nous nous sentons renforcés par la solidarité envers les migrants qui monte tous les jours dans la société belge. Tant que le gouvernement ne trouvera pas de solution d’ensemble et de long terme, nous poursuivrons notre action ».

Le centre est ouvert du lundi au vendredi de 13 h à 17 h.

Voici la liste des organisations partenaires, en néerlandais puis en français : Dokters van de Wereld, Artsen Zonder Grenzen, Ciré, Vluchtelingenwerk Vlaanderen, Oxfam Solidariteit et BXLRefugees (Burgerplatform voor Steun aan de Vluchtelingen) ; soit en français, respectivement : Médecins du Monde, Médecins sans Frontières, Ciré, Œuvre des Migrants Flandre, Oxfam Solidarité et BXL Refugees (plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés).

 

Bien cordialement,

Vincent Doumayrou,
auteur de La Fracture ferroviaire, pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer,
Préface de Georges Ribeill. Les Éditions de l'Atelier, Ivry-sur-Seine, 2007.

=-=-=-
Vous trouvez ce billet pertinent voire utile, vous en approuvez le propos ? Faites-le suivre à vos ami(e)s, parents, connaissances, collègues, confrères et consœurs...
Ce blog se veut écocitoyen. Par conséquent, il n'utilise de photos qu'à la marge, et uniquement en format réduit. Les billets sont supprimés au bout d'une durée maximale de deux ans, à moins de présenter un intérêt particulier.

=-=-=-
Pour me contacter : vincent-doumayrou{a}laposte.net
Pour m’écouter gazouiller (photo de fond personnelle) : Mon compte Twitter

=-=-=-

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.