VIncent G
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 mai 2022

Et si on parlait du Bitcoin?

Depuis plusieurs mois, je vois défiler sur Médiapart et ailleurs sur le web de nombreuses personnes venant donner leur avis sur la cryptomonnaie. Leurs avis se résument souvent à deux choses: dire qu’ils ne comprennent rien à ce truc et expliquer qu’à leur yeux, les gens qui mettent leur argent là- dedans sont des débiles. Et si on en parlait?

VIncent G
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis plusieurs mois, je vois défiler sur Médiapart et ailleurs sur le web de nombreuses personnes venant donner leur avis sur la cryptomonnaie. Leurs avis se résument souvent à deux choses: dire qu’ils ne comprennent rien à ce truc et expliquer qu’à leur yeux, les gens qui mettent leur argent là- dedans sont des débiles.

Étant moi-même l’un des “débiles” cités ci dessus, j’ai pensé qu’il pouvait être intéressant de leur détailler le cheminement intellectuel qui m’a conduit à acheter de la cryptomonnaie.

Disclaimer: Je n’ai pas pour ambition de vous expliquer comment fonctionne une blockchain, le Bitcoin ou toute autre cryptomonnaie. Si ces sujets vous intéressent, de nombreuses ressources existent et sont très facile d’accès. Vous trouverez par ailleurs ci dessus probablement la ressource la plus importante, le manifeste écrit par l’inventeur du Bitcoin dans lequel il décrit son invention, la raison d’être de celui ci, les différents choix effectués, et ses ambitions pour sa création. https://bitcoin.org/files/bitcoin-paper/bitcoin_fr.pdf

Commençons par une petite chronologie très personnelle:

  • Pour mes 18 ans, mes parents m’ont emmené à la banque ouvrir un compte bancaire, sorte de rite de passage de l'âge adulte. Naïvement, je leur ai dit que je ne voulais pas de compte en banque, entité que je n’appréciais pas et en laquelle je n’avais aucune confiance. On m’a alors expliqué qu’il n’était pas possible de recevoir son salaire autrement que par un compte bancaire. En bref, sans compte en banque, pas de vie en société.
  • Vers 20 ans, à la suite d' une erreur de facturation d’EDF, mon compte en banque s’est retrouvé brièvement en négatif. La banque a choisi de me facturer 200e d’agios comme la loi le lui permettait. Malgré de nombreux mails d’explication pour voir ces frais annulés, seule la menace que toute ma famille change de banque permettra au final d’annuler une partie de ces frais injustes.
  • En 2015, j’ai assisté médusé à un bank run en Grèce, à savoir une ruée des épargnants pour sortir leur argent de leurs comptes en banque. Cette ruée sera suivie d’une interdiction de retirer plus d’une soixantaine d’euros par jour par les épargnants. Pourtant, cet argent était le leur, comment est-ce possible?
  • En 2017, mon banquier m’a proposé de “placer” mon argent qui dormait sur mon compte en banque sur un livret A. En y plaçant à peu près la totalité de mes économies, il me serait possible à la fin de l’année de me payer… un macdo. En retour, la banque gagnerait le droit d’utiliser cet argent placé à différentes fins qu’elle s’est bien gardé de me décrire.
  • En 2018, Bruno Le Maire, sous l’impulsion du gouvernement Macron, a choisi de changer les règles calculant le taux d’intérêt du livret A. Ce taux, déjà totalement ridicule, pouvait maintenant être abaissé à un seuil où il devenait possible de perdre de l’argent (via l’inflation) en le laissant dormir sur son livret.

En parallèle de ces expériences personnelles, de par mon intérêt pour l’actualité, j’ai pu observer durant les dix dernières années différentes “curiosités” liées au monde de la finance.

  • Dès 2009, j’ai eu le déplaisir de voir la mise en place du “quantitative easing”, mot compliqué pour dire “planche à billet”, en faveur des pires acteurs du monde de la finance, sans qu’aucun citoyen n’y trouve son mot à dire, dans une opacité toute cherchée.
  • A cette même période, j’ai pu découvrir le concept de “too big to fail”: si un individu faisait une connerie, celui-ci devait se montrer responsable et rembourser ses dettes envers la société. Si une banque ou un acteur financier majeur faisait une connerie, la société devait rembourser sa dette. Celui-ci pouvait alors reprendre ses opérations, sans la moindre conséquence.
  • J’ai pu assister à l’envolée des cours de l’immobilier en France, et tout particulièrement à Paris, rendant tout projet dans la vie quasi impossible. Devais-je m’endetter sur 25 ans pour me payer un 30m2, qui deviendrait vite trop petit si d’aventure je voulais un jour vivre une vie de famille?
  • J’ai pu assister aux différentes manières de truquer les chiffres, d’induire le public en erreur sur les sujets qui fâchent. L’inflation est trop haute en France? Qu’à cela ne tienne, ne comptons plus le coût du logement dans le calcul, après tout ça ne concerne pas grand monde! Ces mêmes chiffres faussés sont bien entendu ceux qui déterminent si un fonctionnaire, un chômeur ou un retraité doit être revalorisé.

Pour le dire simplement, le monde de la banque et de la finance m’est, dès avant mes 18 ans, apparu comme un monde injuste où les tricheurs sont récompensés, et où les gens honnêtes subissent la loi du plus fort. J’ai découvert d’année en année que, non seulement ces acteurs trichent, volent, mentent, mais que ceux-ci le font avec la bénédiction des États censés nous protéger. J’ai par ailleurs découvert que les individus lambda, comme vous et moi, n’avaient pas leur mot à dire dans ce système, et que celui-ci nous rendait prisonnier. Il FAUT que vous ayez un compte en banque. Il FAUT que vous preniez un prêt pour espérer acheter un logement (sauf si bien sûr vous êtes déjà riche). Par conséquent, il FAUT rembourser, donc gagner de l’argent, préférablement beaucoup. Il FAUT donc exercer les métiers qui rapportent de l’argent, quand bien même ceux-ci contribuent à détruire la planète et à pourrir la vie d’autres personnes. En bref, il FAUT obéir aux règles fixées par des gens complètement illégitimes à imposer de telles choses.

ce système infernal ou on ne choisit rien et on subit tout explique en partie pourquoi tant de gens s'intéressent au cryptomonnaies. Si notre système bancaire, monétaire et financier fonctionnait correctement, la question ne se poserait pas, les gens ne chercheraient pas d’alternative à tout prix. S'il était possible de mener une vie normale, d'économiser, d'acheter et de prospérer tranquillement, il n'y aurait pas besoin d'alternative. Si tout ce système fonctionnait correctement, le Bitcoin n’aurait pas pris autant d’importance et de valeur. C’est avant tout parce que les générations actuelles et précédentes ont créé un système pervers et injuste que les alternatives attirent les nouvelles générations.

Maintenant que le contexte est posé, parlons du Bitcoin, parlons de tout ce qui s’est construit autour.

Aujourd'hui, le réseau Bitcoin est sans le moindre doute le système informatique le plus sécurisé au monde. Via différentes innovations qui se sont ajoutées à celui-ci au fil des années, celui-ci se montre plus performant que VISA pour transférer de l’argent d’une personne à l’autre. Les cryptomonnaies que vous détenez, vous les détenez. Pas votre banque, pas une entreprise lambda, vous. Il vous est possible de tout stocker sur une clé USB ultra sécurisée, et de gérer votre argent  “à l’ancienne”, à savoir vous même. Si vous faites des conneries, c’est votre problème. Mais vous n’aurez plus à vous demander si votre banque gèlera votre compte, en restreindra l’accès, fera faillite. Les frais de tenue de compte? Zéro. Les frais d’envoi d’argent? Ce sont les mêmes que vous transfériez 1 euro ou 1 milliard. Après tout, l'opération est la même informatiquement parlant. Votre limite de retrait par jour, par semaine, par mois? Il n’y en a pas, c’est votre argent, vous en faites ce que vous voulez. Les règles établies par le système bitcoin sont-elles susceptibles de changer en votre défaveur? Non. Quand vous achetez du bitcoin, vous connaissez les risques, vous savez que le cours fluctue, parfois dévisse fortement. Vous savez également que l’inflation est déterminée mathématiquement, qu’elle ne changera pas. Vous savez que les règles fondamentales ne changeront pas.

Le bitcoin est il un outil de spéculation? Oui. A la hausse. Quand on s’éloigne des montagnes russes que fait le Bitcoin sur le court terme, que voit-on? On voit un actif qui valait moins de 1 dollar il y a 11 ans, qui en vaut actuellement 30 000, avec un pic a 69 000. Le risque zéro n’existe pas, rien ne vous garantira jamais de devenir riche à ne rien faire, mais que les choses soient quand même dites: vos chances de gagner de l’argent via Bitcoin ne sont pas dégueulasses pour peu que vous soyez patient.

Beaucoup de gens semblent croire que “les jeunes qui investissent dans la crypto” sont des débiles, qu’ils font n'importe quoi, et qu’ils gèrent leur argent n'importe comment. Je ne partage pas cette opinion, et pense au contraire que beaucoup, comme moi, ont compris à quel point la société qu’on nous lègue est malsaine et moribonde. Et beaucoup agissent, de différentes manières, sur différents sujets pour changer les choses. Si bitcoin et le monde des cryptomonnaies fonctionne, c’est avant tout parce que certains ont cassé le monde de l’argent, au point où l'ennemi principal, celui dont il faut se prémunir, ce ne sont plus les voleurs, mais les banques et les États.

PS: Je m’excuse par avance de ne pas avoir pu parler d’environnement, mais l’article semblait déjà bien assez long comme ça!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida