Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 6 oct. 2010

Neil Postman ou la satiété du spectacle

L'avantage avec les livres épuisés, c'est qu'on peut les oublier pour les redécouvrir ensuite hors de leur contexte d'origine.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© Dali John
© Dali John

L'avantage avec les livres épuisés, c'est qu'on peut les oublier pour les redécouvrir ensuite hors de leur contexte d'origine. Avec Se distraire à en mourir, publié en 1986 pour la première fois en français mais introuvable depuis lors, on se prend à trouver dans l'essai de Neil Postman des arguments qui dépassent la critique frontale de la télévision et de son pouvoir d'abrutissement des foules par le divertissement. A la lumière du Web, il prend une autre saveur.

Au mitan des années 1980, Postman reprend l'étude du médium là où Marshall McLuhan l'avait laissée vingt ans plus tôt – «le vrai message, c'est le médium lui-même, écrivait alors l'auteur de Pour comprendre les médias. C'est-à-dire, tout simplement, que les effets d'un médium sur l'individu ou sur la société dépendent du changement d'échelle que produit chaque nouvelle technologie, chaque prolongement de nous-mêmes, dans notre vie». Postman prolonge cette thèse en décrivant la mutation de l'«homme typographique» vers l'«homme télégraphique», selon laquelle la technique «créerait sa propre définition du discours».

Ainsi de l'installation d'une ligne télégraphique entre le Maine (au nord des Etats-Unis) et le Texas (au sud), qui, selon lui, légitimait «l'idée que la valeur d'une information n'est pas nécessairement liée à la fonction qu'elle peut remplir (son utilité), mais qu'elle peut simplement être attachée à sa nouveauté, à l'intérêt et la curiosité qu'elle suscite. Le télégraphe a fait de l'information une marchandise, un “article” susceptible d'être acheté et vendu sans tenir aucun compte de ses utilisations ni de sa signification». A l'heure de l'information en continu, du flux roulant des anecdotes d'actualité et du buzz roi, on voit bien des illustrations pour ce phénomène.

Pourtant, ce passage du culturel au spectaculaire, de l'utile au dérisoire, ne serait pas si grave s'il n'était le ferment d'une forme d'anesthésie sociale — «quand un peuple devient un auditoire et les affaires publiques un vaudeville, la nation court un grand risque: la mort de la culture menace». «Ne pas avoir conscience qu'une technique arrive équipée d'un programme de changement social est, à cette heure tardive, une stupidité pure et simple. (...) Introduisez l'alphabet dans une culture et vous changez ses habitudes cognitives, ses relations sociales, ses notions de communauté, d'histoire et de religion. (...) Introduisez la transmission d'images à la vitesse de la lumière et vous faites une révolution culturelle. Sans vote. Sans polémiques. Sans résistance ni guérilla. Voilà l'idéologie sans mots, d'autant plus forte qu'elle est silencieuse.»

Dépassant l'ère de la télévision de masse, Postman envisage déjà le passage à l'informatique, aux réseaux et à l'abondance d'information: «La thèse centrale qui justifie l'ordinateur – à savoir que la principale difficulté que nous rencontrions pour résoudre des problèmes provient du manque de données – passera sans être remise en question. Jusqu'à ce que, dans des années, on s'aperçoive que l'accumulation massive de données et leur traitement à la vitesse de la lumière aura été très utile pour les grandes organisations mais aura, pour la plupart des gens, résolu peu de choses vraiment importantes.»

Pour illustrer son propos, l'essayiste oppose deux modèles d'oppression. D'un côté, la tyrannie dure, directe, brutale exercée par l'Etat, celle décrite par l'écrivain (fort prisé par la Nouvelle Droite) Arthur Koestler dans Le Zéro et l'Infini, ou par George Orwell dans 1984 ou La Ferme des animaux. De l'autre, la prophétie d'Aldous Huxley dans Le Meilleur des mondes, un totalitarisme scientiste basé sur le conditionnement, où le contrôle s'exerce en infligeant non des punitions, mais des plaisirs. «Orwell craignait ceux qui interdiraient les livres, Huxley redoutait qu'il n'y ait même plus besoin d'interdire les livres car personne n'aurait plus envie d'en lire. Orwell craignait ceux qui nous priveraient d'information, Huxley redoutait qu'on nous en abreuve au point que nous en soyons réduits à la passivité et à l'égoïsme. Orwell craignait qu'on nous cache la vérité, Huxley redoutait que la vérité ne soit noyée dans un océan d'insignifiances.»

On trouvera dans cette crainte de la trivialisation de la culture une pensée résolument élitiste, adepte de la seule culture légitime, et par bien des aspects anti-progressiste. Assez proche, finalement, de ce que décrira un peu plus tard Alain Finkielkraut dans La Défaite de la pensée. L'image d'une barbarie qui s'installerait à la faveur d'une perversion de la raison démocratique par laquelle tout vaudrait tout, alors que l'esprit même des Lumières aurait eu l'ambition de porter tout le monde à une culture supérieure et universelle. Et pas très loin non plus de Philippe Muray, virulente coqueluche antimoderne malencontreusement exhumée par Fabrice Luchini.

Cette lecture réactionnaire – qui aspire à revenir à un monde précédant une décadence fantasmée – a inspiré bien des tenanciers téléphobes de chroniques «télévisions» dans les quotidiens, et la thèse de Postman était régulièrement citée à la fin des années 1980 avant d'être oubliée. On en a retenu ce que l'auteur de Se distraire à en mourir qualifiait lui-même de «solution absurde», une critique des médias exercée à l'intérieur de ceux-ci: «Créer des émissions de télévision dont le but ne serait pas d'amener les gens à arrêter de regarder la télévision mais de leur démontrer comment ils devraient la regarder.» Absurde parce que «l'idée serait de déclencher un énorme rire à l'échelle de la nation devant le contrôle du discours public par la télévision. Mais naturellement, c'est la télévision qui rirait la dernière. (...) L'acte critique serait finalement récupéré par la télévision, les parodistes deviendraient des vedettes, brilleraient dans des films et termineraient en tournant des publicités télévisées.»

Au lieu de cela – et cela s'applique parfaitement au Net –, Postman suggérait la solution de Huxley: «En définitive, il essayait de nous dire que la plus grande cause d'affliction des gens dans Le Meilleur des mondes n'était pas de rire au lieu de penser mais de ne pas savoir pourquoi ils riaient et pourquoi ils avaient arrêté de penser.»

Se distraire à en mourir,

Nova édition,

260 pages,

18 euros.

Vidéo tirée d'Amused to death de Roger Waters (ex-Pink Floyd)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement