Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 8 janv. 2011

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Bakchich n'a plus les fonds pour continuer

Ce n'est pas la première fois que Bakchich flirte avec le gouffre, mais cette fois le «pure player» ne se voit pas passer la fin du mois. «On peut payer les salaires de janvier, assure son directeur de la publication, Nicolas Beau. Mais si ce n'est pas le cas pour le mois suivant, il faudra songer à s'arrêter. D'ici là, on va voir si les actionnaires actuels sont prêts à nous aider une nouvelle fois.»

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Ce n'est pas la première fois que Bakchich flirte avec le gouffre, mais cette fois le «pure player» ne se voit pas passer la fin du mois. «On peut payer les salaires de janvier, assure son directeur de la publication, Nicolas Beau. Mais si ce n'est pas le cas pour le mois suivant, il faudra songer à s'arrêter. D'ici là, on va voir si les actionnaires actuels sont prêts à nous aider une nouvelle fois.»

A l'automne, déjà en difficulté, Bakchich avait réussi à obtenir un million d'euros en liquidité et en abandon de créances de la part de l'imprimeur de l'hebdomadaire, Gilbert Caron, du cofondateur de Free, Xavier Niel, et en faisant entrer de nouveaux actionnaires, le fondateur de Meetic, Marc Simoncini et l'ex-propritétaire de France-Soir, Jean-Pierre Brunois (on trouve aussi parmi les actionnaires l'investisseur belge Jean-Jacques Coppée, le propriétaire du Royal Monceau Alexandre Allard et l'éditeur de lettres confidentielles, Fabien Baussart).

«Bakchich compte essentiellement sur les ventes de l'hebdomadaire pour se financer», explique Nicolas Beau, mais celui-ci s'écoule entre 10.000 et 12.000 exemplaires par numéro alors que le point d'équilibre était fixé entre 18.000 et 20.000. La publicité du site Web, géré par Lagardère pour les annonces traditionnelles et par Google pour la publicité textuelle, ne rapporte en tout que 7.000 à 8.000 euros par mois (Bakchich revendique 600.000 visiteurs uniques selon Google Analytics). «On ne peut pas trop compter sur le soutien des lecteurs: la Société des amis de Bakchich nous a déjà apporté environ 100.000 euros, et on les met à contribution toutes les semaines», ajoute le directeur de la publication. Côté dépenses, Bakchich affiche 120.000 euros mensuels avec quinze employés en CDI et une dizaine de pigistes (écrit et dessin) contre 30.000 à 40.000 euros de recettes.

«Dans la pire des hypothèses, nous serons placés en liquidation après quatre ans et demi d'existence, conclut Nicolas Beau. On verra ensuite si un actionnaire veut racheter la marque et reprendre une partie de l'équipe pour continuer le site.»

PS: l'affaire est différente, mais elle n'arrange évidemment pas la situation de Bakchich: le tribunal de grande instance de Nanterre a condamné jeudi 6 janvier les deux patrons de Bakchich, Nicolas Beau et Xavier Monnier, à payer 20.000 euros chacun à David Douillet, et le site à rembourser les frais de justice. Bakchich avait en effet publié un article selon lequel le nom du député UMP et ancien judoka figurait parmi les exilés fiscaux au Liechtenstein. Nicolas Beau a annoncé sa décision de faire appel (ce qui suspend l'exécution de la condamnation).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica