Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 8 janv. 2011

Bakchich n'a plus les fonds pour continuer

Ce n'est pas la première fois que Bakchich flirte avec le gouffre, mais cette fois le «pure player» ne se voit pas passer la fin du mois. «On peut payer les salaires de janvier, assure son directeur de la publication, Nicolas Beau. Mais si ce n'est pas le cas pour le mois suivant, il faudra songer à s'arrêter. D'ici là, on va voir si les actionnaires actuels sont prêts à nous aider une nouvelle fois.»

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© 

Ce n'est pas la première fois que Bakchich flirte avec le gouffre, mais cette fois le «pure player» ne se voit pas passer la fin du mois. «On peut payer les salaires de janvier, assure son directeur de la publication, Nicolas Beau. Mais si ce n'est pas le cas pour le mois suivant, il faudra songer à s'arrêter. D'ici là, on va voir si les actionnaires actuels sont prêts à nous aider une nouvelle fois.»

A l'automne, déjà en difficulté, Bakchich avait réussi à obtenir un million d'euros en liquidité et en abandon de créances de la part de l'imprimeur de l'hebdomadaire, Gilbert Caron, du cofondateur de Free, Xavier Niel, et en faisant entrer de nouveaux actionnaires, le fondateur de Meetic, Marc Simoncini et l'ex-propritétaire de France-Soir, Jean-Pierre Brunois (on trouve aussi parmi les actionnaires l'investisseur belge Jean-Jacques Coppée, le propriétaire du Royal Monceau Alexandre Allard et l'éditeur de lettres confidentielles, Fabien Baussart).

«Bakchich compte essentiellement sur les ventes de l'hebdomadaire pour se financer», explique Nicolas Beau, mais celui-ci s'écoule entre 10.000 et 12.000 exemplaires par numéro alors que le point d'équilibre était fixé entre 18.000 et 20.000. La publicité du site Web, géré par Lagardère pour les annonces traditionnelles et par Google pour la publicité textuelle, ne rapporte en tout que 7.000 à 8.000 euros par mois (Bakchich revendique 600.000 visiteurs uniques selon Google Analytics). «On ne peut pas trop compter sur le soutien des lecteurs: la Société des amis de Bakchich nous a déjà apporté environ 100.000 euros, et on les met à contribution toutes les semaines», ajoute le directeur de la publication. Côté dépenses, Bakchich affiche 120.000 euros mensuels avec quinze employés en CDI et une dizaine de pigistes (écrit et dessin) contre 30.000 à 40.000 euros de recettes.

«Dans la pire des hypothèses, nous serons placés en liquidation après quatre ans et demi d'existence, conclut Nicolas Beau. On verra ensuite si un actionnaire veut racheter la marque et reprendre une partie de l'équipe pour continuer le site.»

PS: l'affaire est différente, mais elle n'arrange évidemment pas la situation de Bakchich: le tribunal de grande instance de Nanterre a condamné jeudi 6 janvier les deux patrons de Bakchich, Nicolas Beau et Xavier Monnier, à payer 20.000 euros chacun à David Douillet, et le site à rembourser les frais de justice. Bakchich avait en effet publié un article selon lequel le nom du député UMP et ancien judoka figurait parmi les exilés fiscaux au Liechtenstein. Nicolas Beau a annoncé sa décision de faire appel (ce qui suspend l'exécution de la condamnation).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND