Une nouvelle nouvelle formule pour le nouveau «France-Soir»

Vendredi matin, sous-sol d'un hôtel Pullman donnant sur le périphérique. Alexandre Pougatchev, propriétaire de France-Soir, parle de ses grandes espérances pour la nouvelle formule du quotidien qui sort lundi 17 janvier: 100.000 exemplaires vendus chaque jour en 2011, 140.000 en 2012.A ce moment précis, tonitruante, une voix enfantine fuse de l'ordinateur chargé d'accompagner la démonstration: «Raconte-moi encore une histoire...».

«Numéro zéro» du 10 janvier. «Numéro zéro» du 10 janvier.
Vendredi matin, sous-sol d'un hôtel Pullman donnant sur le périphérique. Alexandre Pougatchev, propriétaire de France-Soir, parle de ses grandes espérances pour la nouvelle formule du quotidien qui sort lundi 17 janvier: 100.000 exemplaires vendus chaque jour en 2011, 140.000 en 2012.

A ce moment précis, tonitruante, une voix enfantine fuse de l'ordinateur chargé d'accompagner la démonstration: «Raconte-moi encore une histoire...». Eclats de rire entendus de la salle. «De toute façon, précise Pougatchev, on saura très vite si ça marche. Si au bout de deux semaines on s'aperçoit que ça ne marche pas, on en tirera les conséquences.»On n'apprendra pas lesquelles, car il est alors temps de regarder les spots publicitaires («Les grandes histoires sont dans France-Soir») lancés un peu trop tôt.

Dix mois après la précédente nouvelle formule, le jeune propriétaire (25 ans et quelques jours) réinvestit pour le relancer. 20 millions d'euros pour 2011, annonce-t-il, après 60 millions depuis son arrivée. L'objectif affiché en mars 2010 – parvenir à 120.000 exemplaires vendus chaque jour – n'a pas été atteint. Officiellement, France-Soir vend 76.000 exemplaires. Mais un fois retranché les 3.000 exemplaires de «diffusion non payée France», les 400 «abonnements payés par tiers en nombre» et surtout les 25.000 «ventes au numéros payés par tiers en nombre» , on tombe sous les 50.000 exemplaires. Ce qui reste malgré tout une progression de 100% par rapport aux 23.000 exemplaires annoncés un an plus tôt. Le point mort est annoncé à 150.000 exemplaires.

Le nouveau nouveau France-Soir vise désormais le lectorat des villes de moins de 100.000 habitants, ce qui reste un pari risqué quand on considère que le journal réalise aujourd'hui l'essentiel des ses ventes (54%) en Ile-de-France (dont 19% rien qu'à Paris), suivi des régions PACA (8%) et Rhône-Alpes (5%). Il compte sur le développement de l'abonnement (500 en mars 2010, 3.000 annoncés aujourd'hui, 6.000 visés dans trois mois) et un réseau de 20.000 points de ventes. En revanche, Alexandre Pougatchev dit ne pas souhaiter faire d'alliance particulière avec les réseaux de la presse quotidienne régionale pour le portage à domicile.

Le quotidien, porté à 60 centimes (contre 50 jusque-là) et plus fin de 8 pages, se découpe en quatre parties: l'actualité (5 pages avec les principales histoires du jour développée sur une page avec une grande photographie, 7 pages d'actualités courtes – politique, faits-divers, régions, économie, monde –, une enquête quotidienne sur deux page), le divertissement (sports, courses réduites à 3 pages contre 8 auparavant, jeux), la consommation (gadgets, voyage, automobile), la culture (people, télévision avec deux pages de programme pour 25 chaînes).

L'ouverture actualité (pp. 2-3) L'ouverture actualité (pp. 2-3)
L'essentiel de l'actualité. L'essentiel de l'actualité.

L'enquête centrale: 2 pages sur «Johnny» L'enquête centrale: 2 pages sur «Johnny»
La page «culture». La page «culture».

Lire aussi:

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.