Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 22 avr. 2011

G8 du Net: les bonnes questions de Nova Spivack

Nova Spivack, l'un des nombreux penseurs du Net, a reçu une lettre signée Nicolas Sarkozy. Le président français le prie de participer au «eG8», une réunion de deux jours (24 et 25 mai) dans le jardin des Tuileries pour préparer le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de Deauville, les jours suivants, consacré à Internet.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© 

Nova Spivack, l'un des nombreux penseurs du Net, a reçu une lettre signée Nicolas Sarkozy. Le président français le prie de participer au «eG8», une réunion de deux jours (24 et 25 mai) dans le jardin des Tuileries pour préparer le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de Deauville, les jours suivants, consacré à Internet.

Bill Gates, Vinton Cerf, Eric Schmidt (ex-Google), Sheryl Sandberg (Facebook, Mark Zuckerberg ayant refusé), Jeff Bezos (Amazon), Jack Ma (Alibaba), Harmut Ostrowski (Bertelsmann), Jimmy Wales (Wikipedia) ont reçu les mêmes, tout comme les français Stéphane Richard (Orange), Marc Simoncini (Meetic), Loïc Le Meur (Seesmic) Alexandre Mars (PhoneValley), Xavier Niel (Free) ou encore Jacques-Antoine Granjon (Vente-Privée).

Mais Nova Spivack, lui, a posté sur son blog, «dans un souci de transparence», les documents reçus: l'invitation (il faut «renforcer la contribution d'Internet à la croissance économique»), la note de cadrage («le forum e-G8 abordera la croissance économique, les sujets sociaux comme les droits humains, la protection de la propriété intellectuelle et le respect de la vie privée, ainsi que l'Internet du futur») et l'agenda des deux jours.

Mieux: tout en indiquant qu'il envisage de participer, il s'ouvre sur les doutes, les questions et les convictions que lui inspire cette initiative.

«Pourquoi le président Sarkozy organise cet événement à ce moment là, s'interroge Spivack. Y a-t-il un agenda politique?» Sur la question du moment, la réponse est simple: la France préside le G8 (et le G20) en 2011, elle organise le sommet de Deauville. La question est plutôt: pourquoi donner un écho particulier au Net alors qu'on trouve aussi parmi les priorités françaises pour le G8, la croissance verte, la lutte contre le trafic de drogue, le terrorisme et les armes de destruction massive ou encore un nouveau partenariat avec l'Afrique?

Faut-il rapprocher l'organisation de ce forum – qui ne devrait être qu'un moment sans lendemain mais une «organisation privée placée sous la présidence de Maurice Lévy, PDG de Public» – de l'installation d'un Conseil national du numérique où sont annoncés plusieurs participants du e-G8? Faut-il rappeler que la présidence française du G8 avait promis que «travaux sur cette question (seraient) nourris par les consultations et contributions de tous les acteurs concernés : les entreprises, les experts français et internationaux (pionniers du secteur, scientifiques, penseurs), la société civile»?

«Cet événément servira-t-il à rendre les grosses sociétés et les grands gouvernments encore plus gros, ou sera-ce l'occassion de faire entendre la voix des gens, des cioyens du Web?, demande-t-il. Les délégués penseront-ils d'abord à eux-mêmes et à leur entreprise ou tenteront-ils de mettre des sujets plus vastes sur la table?»

Notant que «le président Sarkozy, comme les autres dirigeants du G8, ont souvent soutenu des politiques qui n'allait pas dans l'intérêt des internautes – par exemple sur les questions de vie privée, de liberté d'expression, de taxation ou de neutralité des réseaux» et clairement sceptique sur le fait que l'on puisse trancher des questions si complexes en deux jours, Spivack tique: «Cet événement est-il conçu pour rassembler tous les points de vue pour élaborer de nouvelles politiques ou pour apporter son soutien à des politiques qui ont déjà été décidées par les pays du G8?»

Pourquoi cautionner par sa participation un tel forum? «Ce qui me préoccupe le plus aujourd'hui, c'est qu'Internet se concentre dans les mains d'un petit nombre et que cette tendance se confirme avec la bénédiction des grosses sociétés et des gouvernements. (...) Si nous ne sommes pas extrêmement vigilants et prompts dans notre effort pour protéger un Internet ouvert des intérêts commerciaux et des gouvernements, je pense que nous finirons par bâtir un Internet qui ressemble plus à une vaste prison qu'à un tremplin pour une amélioration du sort de l'humanité.»

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener