Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 26 oct. 2012

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Au revoir, Mediapart

J'ai cédé à la mode. Non, pas celle qui prend le club ces jours-ci et qui consiste à annoncer à grands fracas ses derniers adieux aux music-hall en hurlant à la censure, à la trahison politique ou au trollisme généralisé des autres. Avant de revenir écrire un ou deux jours plus tard, en ayant ou non changé de pseudonyme.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

J'ai cédé à la mode. Non, pas celle qui prend le club ces jours-ci et qui consiste à annoncer à grands fracas ses derniers adieux aux music-hall en hurlant à la censure, à la trahison politique ou au trollisme généralisé des autres. Avant de revenir écrire un ou deux jours plus tard, en ayant ou non changé de pseudonyme.

J'ai cédé à la mode, je veux dire à la fanfreluche, aux pompons, aux falabalas, aux prétintailles et aux rubans, aux steinquerkes et aux coiffures à la Fontanges. En gardant mes Converse de côté comme Sofia Coppola. Je quitte Mediapart, aujourd'hui, pour aller préparer la future v.f. du magazine américain Vanity Fair.

Revirement radical, évidemment : fi de la lutte contre la régression démocratique et les affaires d'Etat, foin de l'indignation. C'est sans importance, d'ailleurs. Tu trouveras ici, Ô lecteur, quelque 800 articles, billets, chroniques archivés en quatre ans pour te rassasier et bientôt quelques autres, posthumes, laissés sur le marbre.

Pour être tout à fait honnête, il n'y aura pas dans ce magazine que de la chiffonnaille et de la pierrerie ; on devrait y trouver du glamour vache tel que le caricature Toby Young sous la forme du magazine Sharps :

Mais aussi des enquêtes au long cours comme dans l'original, quelques révélations, des bonheurs de lecture. Pas tout à fait un adieu, donc.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte