Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

194 Billets

10 Éditions

Billet de blog 27 déc. 2010

Facebook: parlez des autres, vous vous ferez des amis

Les statisticiens de Facebook ont décortiqué environ un million de «statuts» anglophones pour comprendre comment fonctionne cet étrange rituel qui occupe chaque jour 12% de ses 500 millions d'utilisateur:

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Les statisticiens de Facebook ont décortiqué environ un million de «statuts» anglophones pour comprendre comment fonctionne cet étrange rituel qui occupe chaque jour 12% de ses 500 millions d'utilisateur: expliquer à l'ensemble de ses «amis» ce que l'on est en train de faire («what are you doing right now?», l'invite initiale) ou ce que l'on a en tête («What's on your mind?»).

Ils se sont également demandé s'il existait des relations de cause à effet entre la composition de ces messages et l'entregent affiché.

Les résultats montrent que les personnes les plus populaires:

  1. s'adressent individuellement aux autres (ils emploient plus souvent «tu», éventuellement «nous» plutôt que «je»)*

  2. publient des statuts plus longs
  3. parlent souvent de musique, de sexe et d'argent
  4. recourent moins souvent à l'émotion
  5. mentionnent moins souvent leur famille
  6. utilisent moins souvent le passé et le présent

On remarque donc que les messages qui émergent (ceux qui s'adressent au plus large public, plutôt qu'au plus vaste cercle d'amis) tendent à se conformer aux canons de la prise de parole classique dans l'espace public: des messages plus structurés, désinvestis et moins personnels, se projetant vers l'avenir (fût-il proche).

Facebook a aussi fait étudier les statuts qui appelent le commentaire et ceux qui entraînent la recommandation. On constate là un usage complémentaire des deux fonctions: les mots classés positifs provoquent plutôt des «like» et les négatifs des commentaires. De même, les messages longs et rédigés (notamment l'utilisation de pronoms) appelent de nombreuses intéractions quand les statuts plus personnels éteignent la discussion (typiquement: les messages à tonalité religieuse obtiennent des recommandations mais pas de commentaires et ceux qui relatent la qualité du sommeil font fuir les deux).

Il faut toujours rappeler qu'il n'y a là que correlations (des variables qui évoluent ensemble) et pas de causalité prouvée. On peut également souligner que les statistiques sur Facebook sont produites par Facebook et exploitées par les mêmes. Quel que soit le crédit que l'on puisse accorder à l'indépendance de la «data team», on note que les conclusions vont plutôt dans le sens de l'apaisement, des sentiments positifs, tous comportement que la société Facebook a intérêt à promouvoir.

___

* Ce premier constat évoque fortement une contribution postée par Dave Mandl sur la liste Nettime-l en novembre intitulée «It's not what you twet, it's who you tweet» (ce qui est important, ce n'est pas ce que vous tweetez, mais qui vous retweetez). Sans l'étayer par des statistiques, Mandl y expose quelques ressorts psychologiques de Twitter, qui s'appliquent assez bien à Facebook.

«A la surface, un retweet est une façon de dire “hé, Untel a tweeté ceci et je trouve que c'est si intelligent/hillarant/fascinant que je veux le partager avec tous mes followers”. Mais si on creuse un peu, c'est plus compliqué. Un peu comme il existe des “label queens” qui n'envisagent de porter que des vêtements dessinés par tel ou tel créateur, il y a des utilsateurs de Twitter qui semble ne retwetter que des “Noms” – des célébrités de leur petit milieu. Retweeter un Nom combien vous êtes dans le flux, à quel point vous lisez les bonnes sources ou qui vous fréquentez. En fait, certaines personnes sont prêtes à retweeter les messages les plus creux pourvus qu'ils viennent d'un Nom – l'équivalent sur Twitter du fait de rire aux blagues pas drôles de votre chef de bureau.

De la même façon et pour les mêmes raisons, beaucoup ne citerons jamais quelqu'un qui n'est pas un Nom. Pour les snobs, il n'y a aucun bénéfice à retweeter quelqu'un qui n'est personne.»

Illustration OWNI

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart