VincentCrouzet
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2017

Nomination d'Édouard Philippe, quid de l'affaire UraMin-Areva?

Édouard Philippe vient d'être nommé premier ministre. Il a été directeur des affaires publiques d'Areva entre 2007 et 2010. Pour la recherche de la vérité dans l'affaire UraMin, pour laquelle deux instructions judiciaires sont ouvertes, un obstacle, ou bien une chance ?

VincentCrouzet
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron vient de nommer Edouard Philippe premier ministre.  Certains imaginent déjà que les responsabilités passées du nouveau premier ministre chez Areva, soit directeur des affaires publiques du groupe entre 2007 et 2010, représentent un problème potentiel.

Pour être immergé personnellement dans le dossier UraMin depuis des années, je peux affirmer que jamais le nom d'Édouard Philippe n'est apparu à aucun moment dans le dossier, et surtout que jamais Édouard Philippe n'a été en position de décision dans l'acquisition des trois gisements africains fantômes d'uranium. Certes, le nouveau premier ministre exerçait des responsabilités chez Areva pendant la période critique de post-acquisition d'UraMin, certes il rendait compte de ses activités à la présidente du directoire, Anne Lauvergeon, mais son domaine de compétences ne s'étendait en rien à cette OPA, et à ses conséquences. J'en profite pour écrire ici à nouveau que les victimes immédiates de l'affaire UraMin sont d'abord les 40.000 salariés d'Areva, en rien responsables des errements de management, salariés qui sont restés fiers des capacités de leur entreprise publique, et qui les premiers souffrent de la dégradation financière de leur groupe, de son irrémédiable démantèlement, mais encore de l'image abîmée d'une grande ambition française.

Cependant, la question qui prévaut aujourd'hui sur ce dossier demeure la volonté de l'État de faire toute la lumière dans cette affaire exemplaire des dérives de la Vème République. Notre nouveau premier ministre, incarnant comme le président de la République, le renouveau, voire la renaissance, saura-t-il imprimer les efforts nécessaires pour aller au bout des instructions ouvertes, c'est-à-dire apporter à la justice les moyens adéquats pour poursuivre le travail en cours ? Ne perdons jamais de vue que l'État a perdu plus de 3 milliards d'euros dans cette opération. C'est donc à l'État, à la hauteur des pertes et à celle du naufrage industriel, de soutenir la recherche de la vérité dans l'affaire UraMin. Et de garantir aussi, l'indépendance du cours de la justice.

Je me suis souvent ému, ici, et dans mon ouvrage-document publié sur cette acquisition ("Une affaire atomique") des proximités troublantes et déconcertantes que François Hollande continuait d'entretenir avec Anne Lauvergeon, mise en cause dans l'affaire, proximités pouvant remettre en cause justement le principe d'indépendance de la justice, et pouvant apparaître comme un instrument de pression sur les enquêteurs, mais encore sur les témoins. L'un des objectifs d'Emmanuel Macron est de fermer le chapitre de "l'ancien monde", celui du mélange des genres. L'une des premières lois présentées devant le Parlement par son gouvernement sera celle de la moralisation de la vie publique, qui ne peut exclure la moralisation de la conduite des entreprises publiques. C'est là une chance unique de tourner une page peu glorieuse de notre gouvernance des entreprises d'État. Faire toute la lumière dans le dossier UraMin, y compris celle qui pourrait bousculer les intérêts de l'État, représenterait un signal fort, emblématique, au service aussi de la crédibilité de notre filière énergétique.

Comme de nombreux Français, je suis séduit par les espoirs générés par l'élection d'Emmanuel Macron. Mais j'ai coché une case grise sur le questionnaire à encore remplir. À la ligne UraMin. Cette affaire demeure une bombe à retardement, l'un des dossiers radioactifs abandonnés par l'ancien régime au nouveau pouvoir. Considérant le poids des réseaux, celui d'intérêts opaques, celui des secrets d'un lourd passé, la résolution du cas UraMin représente un véritable défi. Un de plus, pour Emmanuel Macron, et son premier ministre, plus encore concerné, puisqu'étant passé par de hautes responsabilités chez Areva.

Chiche ? En marche, aussi, vers la vérité de l'affaire UraMin ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa