Le Management Équitable®, levier de compétitivité hors coût

20% des salariés et 84% des cadres avouent éprouver du stress, et ce de manière fréquente pour la moitié d’entre eux. En cause notamment :

  • des décisions prises sans explication contextuelle
  • des sollicitations permanentes empiétant sur la vie privée
  • des degrés d’autonomie réduits ou inexistants
  • des critères d’évaluation perçus comme arbitraires
  • et, surtout, des objectifs jugés souvent irréalisables (+5 points par rapport à 2008).

« En France, il est alors probable que le cout direct et indirect du stress au travail soit de l’ordre de 55 à 60 Milliards d’Euros » (Jacques Sapir, « La Démondialisation », Seuil 2011).

Le stress était responsable de 50 à 60% des journées de travail perdu. (Dr P.Mesters et Suzanne Peters, « Vaincre l’épuisement professionnel », Robert Laffont 2007)

La crainte permanente d’une récession, d’une délocalisation et de la perte concomitante de son emploi sont des facteurs, externes, indéniables de ce stress au travail.

Mais le comportement des dirigeants et des managers en est un autre, interne, qui se manifeste volontairement sous forme de chantage, ou même involontairement par des attitudes brutales, vexatoires, blessantes ou simplement maladroites. Fautes de « savoir-être » ou de faute de « savoir-faire » ? De savoir faire autrement ?

Un salarié qui se sent en confiance, qui s’estime valorisé, qui voit dans quel projet d’entreprise s’inscrit son action quotidienne, est plus motivé, plus efficace, plus productif, en un mot plus compétitif, et plus heureux, et ce même dans une entreprise qui évolue dans un contexte économiquement difficile.

La compétitivité hors cout se fonde sur le potentiel d’innovation, sur la performance et de la qualité des produits ou services fournis. Mais in fine, cette capacité d’innovation et de performance s’appuie elle-même sur la motivation et l’efficacité des femmes et des hommes qui délivrent ces produits et services.

Alors, moins d’absences, moins de fatigue, moins de tensions, moins de doute, plus d’initiatives, plus d’engagement dans le travail, c’est autant de chances de faire mieux, plus vite, moins cher, donc c’est de la compétitivité pour les entreprises et pour le pays.

Tout cela passe par une remise en question assez profonde des modes de management : gouvernance, pratiques quotidiennes, dialogue social, communication.

Comment, dans un climat économique incertain, changer les pratiques de management afin de créer ces conditions de motivation, sources elles-mêmes de performances et de compétitivité ?

De même qu’on ne nait pas comptable ou plombier, on ne nait pas manager. Écouter ses collaborateurs, solliciter leur intelligence, les féliciter ou les recadrer,  risquer l’expérimentation, s’assurer de leur compétence et de leur disponibilité face à une tâche donnée, traiter l’erreur, prévenir le stress ou les conflits plutôt que de les gérer : tout cela s’apprend.

L’instauration  de pratiques de Management Équitable® fondées sur le principe d’équilibre entre la performance économique et le respect de l’individu permet de créer un mode de relation gagnant/gagnant entre l’entreprise et les collaborateurs.

Concrètement, le Management Équitable® consiste à mettre en place et entretenir au sein de l’entreprise :

• une dynamique collective ambitieuse et porteuse de sens,

• une organisation claire, adaptée, cohérente et évolutive,

• un management propre à développer les énergies et les talents,

• des relations interpersonnelles fondées sur le respect mutuel et la reconnaissance,

• une gestion proactive et performante du changement,

• un comportement éthique et citoyen.

 

En bref, développer, partout dans l’entreprise, l’intelligence collective permettant de faire face aux enjeux et de réconcilier l’économique et l’humain.

Tel est le défi majeur du Management Équitable® qui s’imposera demain comme un levier essentiel de compétitivité hors coût.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.