Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2345 Billets

2 Éditions

Billet de blog 1 oct. 2021

Requiem pour un président-voyou

Alors que toute la droite sarkozyenne se lamente de la condamnation à un an de prison ferme de son héraut historique, et que le premier Ministre Castex lui adresse ses amitiés et l'assure de sa sympathie, la démocratie française donne enfin un signe de vitalité eu égard le respect absolu de la séparation des pouvoirs...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...car il s'agit bien de cela, c'est à dire de l'indépendance du pouvoir judiciaire, même si le justiciable a occupé les plus hautes fonctions de la République.

En l'occurrence il faut reconnaître que nous sommes en présence d'un cas bien particulier du dysfonctionnement de la gouvernance sommitale avec un personnage qui a accumulé toutes les fautes institutionnelles, toutes les forfaitures, toutes les prévarications, toutes les ignominies...

Un homme qui, à l'instar des empereurs de la Rome décadente, s'est comporté comme un caïd de banlieue, un parrain mafieux, un voyou comme l'avait appelé Jean-François Kahn.

Et le glaive de la justice républicaine vient de le frapper fort de manière légitime car ce politicien véreux est la honte de notre pays !

Mais cette affaire (qui n'est pas terminée puisque les juges doivent encore examiner le financement libyen de sa campagne présidentielle) nous révèle la maladie congénitale de cette République bourgeoise, issue de la camarilla versaillaise de 1871 et de la stratégie politique d'Adolphe Thiers*, qui s'est aggravée avec la constitution gaullienne de 1958 en créant un régime néo-monarchiste sur un faux-semblant de démocratie.

Ainsi, tant que tous les pouvoirs resteront concentrés dans les mains d'un seul personnage, jouissant d'une totale impunité pendants cinq ans, la nation sera tributaire de la politique des oligarchies ayant coopté un homme ou une femme-lige, voire d'un Caligula dont il faudra supporter toutes les facéties plus ou moins triviales...

"Casse-toi, pauvre con !" avait-il jeté, méprisant, à un ouvrier qui le contestait.

La chute de l'icône Sarkozy devrait dessiller les yeux.

Votons pour un pouvoir collectif !

* la république des "honnêtes gens" ne peut être que conservatrice !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame