«Et comme l'espérance est violente»

Loin de moi, trés loin de moi ...une approbation - même théorique - de l'attitude des "black blocs" au cours des manifestations de rues mais je refuse absolument d'écouter ce concert de protestations convenues et de remugles réactionnaires et bienpensants que les medias nous assènent après chaque affrontement...

Oui, je veux comprendre ce qui s'est passé...

Et pourquoi ces groupes de jeunes se sont organisés et préparés à en découdre avec "les forces de l'ordre républicain", c'est à dire en l'occurrence avec les forces de l'ordre bourgeois.

Le vers de Guillaume Apollinaire qui est le titre de ce billet est extrait du célèbre poème "Le pont Mirabeau", publié dans le recueil "Alcools" en 1913. C'est une élégie de l'amour déçu ou enfui, mais ce pourrait être aussi un sanglot existentiel...

En tout cas ces mots me sont venus spontanément à l'esprit lorsque j'ai vu sur l'étrange lucarne qui me relie au monde, l'empoignade des "black blocs" avec les CRS, les voitures qui brûlent et les vitrines fracassées du Mac Do.

La violence fait partie de l'histoire, on pourrait en citer mille exemples. Mais pourquoi en marge d'un cortège pacifique célébrant la fête du travail, ce soudain déchaînement de colère et cette volonté de casser ?

Parce que l'espérance d'avoir été écouté, compris ou du moins, pris en considération...n'existe plus. Les classes dominantes incarnées aujourd'hui dans un pouvoir absolu, inflexible et arrogant, ont verrouillé la société.

Les jeunes exclus des ghettos de banlieue ont ressenti cela comme avaient ressenti leur mise hors de la loi républicaine conservatrice les anarchistes de la dernière décennie du XIXe siècle.

On ne bâtit pas impunément une société injuste sur le désespoir et l'humiliation des laissés pour compte ! Sinon on induit le nihilisme.

Surtout lorsqu'il s'agit des jeunes générations qui ont pris conscience de l'inutilité de ces grandes manifs populaires où défilent en maugréant ceux que Raymond Barre appelaient "les inévitables porteurs de pancartes".

C'est ainsi que les syndicats se sont vidés de leurs adhérents ; et pas seulement à cause de la "Charte d'Amiens".

Les forces de l'ordre sont les mercenaires de l'ordre bourgeois, qui imposent un état de droit bourgeois.

Il faut refaire l'histoire pour créer une nouvelle légalité.

Rêvons d'un black blog.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.