Black blog

Ce qui s'est passé le 1er mai est probablement une allégorie prémonitoire car la colère sociale est en train de gagner toutes les couches de la population et ce n'est pas le sourire commercial de l'intransigeant Emmanuel Macron qui pourra désamorcer une révolution qui s'annonce...

Désolé de revenir sur mon billet posté hier 2 Mai mais les ahurissantes réactions des grands medias, celles des "commentateurs de commentaires" et l'incompréhension incompréhensible de Jean-Luc Mélenchon, m'ont déterminé à préciser mon point de vue.

Il est bien évident que la violence qui a explosé au nez des CRS et des Gendarmes mobiles n'est pas fortuite : elle est la réaction logique à la violence sociale du pouvoir bourgeois et à sa farouche volonté de saccager la plupart des conquêtes prolétariennes acquises difficilement et souvent au prix du sang, tout au long de notre histoire.

Il est également évident que les jeunes vêtus de noir et le visage dissimulé par des capuches ou des cagoules ne sont pas des "voyous" ou des "bandits" qui se défoulent en cassant pour casser, afin d'aller piller les magasins...

Il est aussi évident que ces groupes n'ont guère connu que les ères Sarkozy et Hollande, c'est à dire des moments de mise en coupe réglée de l'Etat ou bien d'une absurde compromission du pouvoir dit "socialiste" avec le patronat le plus pervers et le plus sournois que nous ayons connu !

Pour eux, l'Etat est l'adversaire à combattre, ainsi que les signes extérieurs ostensibles du capitalisme tout puissant.

Il est enfin malheureusement évident que toute une jeunesse a pris acte de l'impuissance des syndicats, de leurs mortelles divisions, et de la balkanisation absolue des forces de gauche...dont le fleuron "insoumis" en est réduit à faire de la figuration comme les hallebardiers dans les opérettes du Chatelet.

Dans ces conditions, l'occasion présentée par ce 1er Mai (fête du travail et des travailleurs )* a semblé opportune pour indiquer aux exploités, aux bernés, aux humiliés, aux exclus, la voie à suivre ...avec une démonstration sur le lieu même du défilé pour rien, d'un échantillon de l'action révolutionnaire, dont la nécessité commence à apparaître de plus en plus nettement.

On n'a pas pris la Bastille avec des simagrées.

* fête de la lutte des travailleurs pour leurs revendications

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.