Iconoclasme

Sans doute vais-je susciter le ricanement voire la hargne de quelques trissotins figurant dans le beau monde ou la stupéfaction de toutes celles et de tous ceux qui mijotent encore dans la bien-pensance bourgeoise...

...mais il m'est impossible de jeter l'anathème sur les fous furieux qui ont "vandalisé" l'intérieur de l'Arc de Triomphe.

Pourquoi ? D'abord parce que je comprends leur colère et je la respecte ; ensuite parce qu'ils s'en sont pris à des symboles devenus les icônes fallacieuses et trompeuses d'une république totalement dévoyée...

Ils ont agi, à l'instar de leurs ancêtres Communeux qui n'avaient pas hésité, en mai 1871, à mettre à bas la colonne Vendôme, cette insupportable allégorie du militarisme conquérant et de l'autocratie bonapartiste ! Ils avaient d'ailleurs rebaptisé ce lieu expiatoire, place de la fraternité.

Et puis que signifie cet "arc de tromphe", édifié à la romaine, au sommet d'un monticule qui est censé dominer Paris ?

Est-il vraiment le lieu privilégié de toutes les conquêtes impérialistes et coloniales qui entâchent l'histoire sanglante de notre pays  et lui confèrent une gloriole de mirliton ? Ou bien est-il la sépulture anonyme et symbolique d'un pauvre type dont on a confisqué la vie pour que les appétits capitalistes puissent être rassasiés ?

Pourquoi ne pas en faire un "Arc de la Paix" ou de la "Fraternité universelle" ?

L'être humain n'est pas destiné à tuer son prochain, même s'il en est ainsi dans la Bible, qui est le plus grand recueil de sornettes de l'écriture  immémoriale.

La guerre, comme la religion, sont des fléaux dont il faut éradiquer tous les signes qui les magnifient...et il faut bien savoir que les statues meurent aussi.

Puis il faut détruire à coup sûr : le règne du fric, l'injustice, l'exploitation d'autrui, le cynisme, l'arrogance, le mépris, la haine, la barbarie, l'intolérance, l'humiliation, la xénophobie, le racisme...

Car la "terre des hommes" est la terre de tous les hommes et de toutes les femmes.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.