L'Oasis

Chaque abonné a dû recevoir cette lettre circulaire, signée par Edwy Plenel, qui annonce la pérennisation de notre journal dont l'indépendance sort garantie par une opération juridique à laquelle je n'ai pas compris grand chose...

... cette bonne nouvelle qui survient au moment où commence l'été 2019 doit être saluée avec joie par les fidèles lecteurs de Mediapart dont je fait partie depuis une bonne dizaine d'années.

Car ce journal à nul autre pareil n'a cessé de s'améliorer, avec des rubriques nouvelles, des points de vue variés, des reportages tous azimuts et l'arrivée de jeunes journalistes de talent : tant et si bien qu'il constitue aujourd'hui, le grand vecteur indépendant d'informations de la presse quotidienne française,  qui peut rivaliser avec tous les autres.

A une période de notre histoire où l'atmosphère générale est empuantie par les fakenews, la propagande de la bien-pensance bourgeoise, les bobards et les postures de toute une classe politique qui oscille entre la frivolité du bon mot et le mensonge le plus abject, à une époque où la confusion des esprits est créée et entretenue par les forces capitalistes qui gèrent notre ersatz de république sous le couvercle de laquelle nous nous débattons enfumés et enchaînés*, Mediapart est une île de vérités, un pôle de lucidité et d'intelligence, bref une oasis.

Ce fut d'ailleurs ainsi que mon ami regretté, le touareg Jean-Claude Patrice, qui signait son blog du pseudo "désertique", désignait Mediapart.

Par ailleurs, c'est grâce au fonctionnement d'un Club des abonnés qui offre quotidiennement un journal participatif permettant à tout un chacun de s'exprimer, à ses risques et périls**, mais sans aucune censure politique, que Mediapart est un journal d'opinions. Ainsi, tandis que les journalistes font bien leur métier en respectant la déontologie, les blogueurs, eux, proposent leurs analyses, leurs partis pris, leurs coups de gueule...

J'en ai usé et abusé personnellement puisque je vogue aujourd'hui vers mon 2 000e billet du blog Vingtras, né au temps des cerises 2009.

"Quand l'air du temps est à la peste, les pestiférés font la loi" a écrit le philosophe libertaire Raoul Vaneigem...Donc dans cette ère macronarde qui s'annonce comme une ère de tous les dangers démocratiques et sociaux et qui va, sans doute, nous désespérer mais aussi nous surprendre, espérons que Mediapart ne sera pas la roche Tarpéienne mais plutôt le massif de l'Everest car nous aurons un besoin vital de pureté, de clarté et d'espérance.

L'ivresse des cimes.

Vive Mediapart !

* "Engranger l'insignifiant dans la mémoire des résignés", telle est selon Raoul Vaneigem, la mission impartie aux médias

* j'ai été sanctionné une fois, de manière injuste, parce que j'avais cité les propos (insultants) d'un Gilet Jaune à l'encontre de Finkielkraut

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.