Viva Zapata ?

Aujourd'hui 4 août, anniversaire de la (fausse) chute des privilèges, un homme seul, juché sur une planche volante, a traversé la Manche en moins d'une demi-heure, ringardisant ainsi le vol de Louis Blériot et pulvérisant le mythe d'Icare ...

...c'est ainsi que ce 4 août 2019 deviendra sans doute une date historique dans la conquête de l'homme pour maîtriser le ciel.

Le héros est un quadragénaire marseillais, qui s'appelle Franky Zapata. Il est champion de jet ski dont il domine la compétition mondiale et il est non seulement le démonstrateur mais aussi l'inventeur de cette planche volante (fly board) qui lui a permis de réaliser cet exploit extraordinaire avec un engin propulsé par une batterie de réacteurs alimentés au kérosène.

Car il s'agit bien d'un exploit à nul autre pareil que les grands medias ont traité un peu à la légère me semble-t-il, dans la mesure où un être humain vient d'affirmer sa capacité à rivaliser avec les oiseaux.

Et puis il nous renvoie inéluctablement à Icare, qui, pour sortir du labyrinthe construit pas son père Dédale, s'était confectionné des ailes avec de la cire et des plumes afin de fuir la Crète par les airs. N'écoutant pas les conseils de prudence lui interdisant d'approcher de trop près la mer à cause de l'humidité ,et du soleil à cause de la chaleur, le présomptueux jeune homme, sans doute grisé par le vol, oublia ces deux interdits et la cire tenant ses ailes ayant fondu, il mourut précipité dans la mer .

Le mythe d'Icare qui met en garde l'être humain sur son désir de repousser toujours plus loin les frontières de l'exploration et de la connaissance, vient d'être littéralement pulvérisé par Franky Zapata dont l'audace semble ressortir plutôt du dépassement sportif que du pari pascalien.

De plus, en choisissant la Manche comme obstacle à franchir, son geste est un défi au Brexit car il vient de montrer la proximité du Royaume Uni avec l'Europe !...

Enfin, cette expérience aura sans aucun doute de multiples conséquences sur le prurit d'ubiquité de l'homme...

A noter que le patronyme Zapata* exprime bien le désir d'émancipation.

Pourrons-nous bientôt "escalader le ciel" ?

* en référence au film de Kazan sur la révolte des péons mexicains (Zapata y est incarné par Marlon Brando)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.