Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 5 oct. 2013

Giap vu par Raymond Aubrac

Au cours des multiples conversations que j'eus avec Raymond Aubrac lorsque nous préparions cette grande série documentaire sur la décolonisation que la télévision française renonca finalement à produire, la grande figure de Vo Nguyên Giap fut souvent évoquée.

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au cours des multiples conversations que j'eus avec Raymond Aubrac lorsque nous préparions cette grande série documentaire sur la décolonisation que la télévision française renonca finalement à produire, la grande figure de Vo Nguyên Giap fut souvent évoquée.

Il l'avait souvent rencontré lors de ses séjours au Vietnam et ne tarissait pas d'éloges à son sujet...

Fils de mandarin, il avair reçu une bonne éducation au lycée français d'Hanoi, puis avait poursuivi des études d'histoire, de droit et d'économie à Hué, au lycée Quoc Hoc et avait couronné son cursus par l'Université d'Indochine et la prison de Lao Bâo où il fut incarcéré de 1930 à 1932 en tant que militant communiste.

Marxiste convaincu, il portait une véritable haine au capitalisme colonialiste qu'il rendait responsable des décès de sa première épouse et de sa belle-soeur, guillotinée à Saïgon par l'Administration française.

Au Congrès de Tsin'Ti qui voit la fondation du Viêt Minh, il est chargé par son ami Hô Chi Minh de l'organisation de la guérilla contre les Japonais puis, en 1944, il jette les bases de l'APV, l'armée populaire vietnamienne.

Il n'avait pourtant été l'élève d'aucune académie militaire mais il était nourri par les grands exemples de la Révolution française : Valmy, Fleurus, Jemmapes, etc. Et il était, selon Raymond Aubrac, ébahi par la campagne de France de Napoléon en 1814. Il était capable de la faire revivre et de l'enseigner aux jeunes officiers du Viêt Cong.

En fait, il avait été marqué par la naissance du soldat-citoyen qu'il adaptera au Vietnam pour en faire un soldat-camarade.  

Ainsi Giap prendra-t-il en mains pendant une trentaine d'années le destin de l'APV qui vaincra l'Armée française à Diên Biên Phu en 1954 puis le Corps expéditionnaire américain de Westmoreland qu'il obligera à quitter le sud du pays.

Ce militaire hors du commun, qui s'est inscrit dans le sillage de Saint-Just, de Rossel et du Che, était non seulement une brillante intelligence mais aussi et surtout un homme de conviction. Un révolutionnaire exemplaire.

Un homme de la liberté.

Avec sa disparition les Vietnamiens perdent un grand "ami du peuple", le "volcan sous la glace"* de leur indépendance.

Ce fils posthume des soldats de l'an II est aussi notre héros : celui qui a terrassé la bête immonde du colonialisme.

Salut à toi, général-camarade !

* selon la belle formule de Jean Lacouture

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte