Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2381 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 oct. 2012

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Le boulanger, la boulangère et le petit mitron

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'été 1789 fut l'été de tous les dangers pour la monarchie. Ebranlée en juillet par la prise de la Bastille, symbole du pouvoir absolu, elle fut à nouveau mise à l'épreuve les 5 et 6 octobre par une marche des femmes des faubourgs sur Versailles afin de ramener à Paris la famille royale. Journées révolutionnaires restées célèbres par ce cri du peuple : "Nous ramenons le boulanger, la boulangère et le petit mitron".

Cet événement dont les féministes pourraient commémorer l'anniversaire marque, pour la première fois dans notre histoire, le rôle majeur des femmes dans un processus révolutionnaire. Car ce "kidnappage" de la monarchie permit non seulement d'obtenir la signature du roi pour sanctionner la "Déclaration des droits de l'homme et du citoyen"  mais aussi et surtout de mettre la famille royale sous la surveillance du peuple de Paris.

C'est un banquet qui a mit le feu aux poudres et a déclenché ces "Journées d'Octobre". Louis XVI et son entourage se sentant menacés, avaient fait venir à Versailles le Régiment de Flandres, composé de soldats de métier. Et Marie-Antoinette avait organisé un banquet en l'honneur des officiers de cette troupe : on y but beaucoup, on porta des toasts à la monarchie, et on piétina des cocardes tricolores.

Les échos de ces ripailles anti-révolutionnaires parvinrent dans un Paris malheureux, affamé et fiévreux. La colère populaire s'exaspéra et les femmes des faubourgs, rassemblées devant l'hôtel de ville, décidèrent de marcher sur Versailles pour voir le roi et lui réclamer du pain. Il pleut ce lundi 5 octobre 1789. Le cortège des femmes arrive devant le château dans l'après-midi ; elles sont trempées et crottées. Mais elles sont déterminées à obtenir gain de cause. Elles y passeront la nuit devant la grille avec de grands feux allumés et des chants révolutionnaires. Puis, au petit matin, elles envahissent la cour. Bagarre. Un garde du corps est tué. La foule arrive jusqu'à l'entrée des appartements de la reine. La Fayette, commandant de la Garde Nationale, intervient alors et parait au balcon doré de la cour de marbre avec Louis XVI, muet et bouleversé, et Marie-Antoinette qui tient dans ses bras le dauphin.

"Mes amis, dit le roi, j'irai à Paris avec ma femme et mes enfants : c'est à l'amour de mes bons et fidèles sujets que je confie ce que j'ai de plus précieux."

Réunie le 6 octobre en fin de matinée, l'Assemblée décide de suivre Louis XVI à Paris. L'immense cortège s'ébranle en début d'après midi : en tête, des Gardes nationaux, chacun avec un pain au bout de sa baïonnette. Puis, escortant des chariots de blé et des canons, les femmes armées de piques et de fusils, ou portant des branches de peuplier.

Au milieu, après les soldats du roi désarmés, et coiffés de la cocarde tricolore, le carrosse de la famille royale, aussi lent qu'un corbillard, auprès duquel caracole La Fayette.

Qui a dit que la Révolution française était une révolution masculine ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro