"Un arc de lumière" de Raoul Vaneigem

Avec les 86 pages de son "Appel à la vie contre la tyrannie étatique et marchande", Raoul Vaneigem vient de lancer un pavé salutaire que je recommande vivement à toutes celles et à tous ceux qui désespèrent de se retrouver encore piégés par la problématique d'un système inique qui n'en finit plus de se regénérer...

...ce médiéviste-philosophe belge que j'ai eu l'honneur de croiser dans ma jeunesse étudiante et que j'ai cité en exergue de mes "72 Immortelles", qui avait déjà émergé en 1967 avec son "Traité de savoir-vivre à l'usage des jeunes générations", est probablement aujourd'hui l'un des esprits les plus libres et les plus révoltés de la planète intellectuelle.

Cet indécrottable optimiste prend feu contre "la lavasse des vieilleries remises à neuf" de toutes ces initiatives de reconstitution de la gôche pour affirmer sa confiance "à l'endroit du sens humain". Je partage totalement ce point de vue.

Dans un pamphlet tonique qui se boit d'un trait, il synthétise en quelques formules choc, l'essentiel du message communeux :

"Il n'appartient qu'à vous d'assurer votre propre émancipation. L'autogestion généralisée n'est rien d'autre que l'émancipation d'un seul par l'émancipation de tous. De telles considérations méritent davantage réflexion que les sempiternels bilans de la mondialisation , dont raffolent les sociologues. Elles m'ont paru solliciter prioritairement la confrontation des idées. Trop de révoltés se sentent démunis devant l'effondrement accéléré du vieux monde et la trop lente émergence du nouveau. Autant savoir qu'en chacune et en chacun se trouve le ressort d'un bouleversement universel...

Je ne préconise pas de sombrer dans l'inorganisation, le chaos des atermoiements, la confusion des choix. Je pense seulement que l'auto-organisation doit primer sur les velléités d'organisation extérieure, sur les mots d'ordre venus d'en haut, sur les résolutions qui ne seraient pas issues des assemblées de démocratie directe. Elles n'échapperont pas aux maladresses, aux tâtonnements, aux erreurs inhérentes à tous les commencements. J'ai confiance en la conscience humaine. Nous n'avons connu principalement de l'Homme que sa bêtise et sa bestialité. C'est le sombre revers d'une intelligence qui n'a jamais disparu et n'a cessé de renaître et de s'affirmer en dépit des pires outrances de la sauvagerie généralisée.

La voie de l'efficacité est balisée par l'exploitation de l'homme par l'homme. Découvrir les raisons profondes de la colère et de la tourmente émotionnelle ouvre les comportements, les mentalités, les moeurs à une voie poétique où le désir de vivre et sa générosité l'emportent sur les autres préoccupations, non en les négligeant mais en les dévorant.

Je mise sur la radicalisation spontanée des individus et des collectivités."

Merci cher Raoul Vaneigem d'avoir ainsi ranimé la flamme du Fédéré inconnu !

Nb/ éditions Libertalia 8€

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.