Le parapluie et la machine à coudre

Les surréalistes auraient apprécié, hier soir sur France 2, le "face à face" Cahuzac/Mélenchon qui n'était pas autre chose que cette "rencontre du parapluie et de la machine à coudre sur une table de dissection", chère à Lautréamont.

En présence d'un journaliste visiblement dépassé par les événements, à qui il aurait fallu rappeler "les chants de Maldoror" !

En effet, comment qualifier ce "débat" de débat-des-gauches alors que l'un des protagonistes est typiquement le représentant de la droite évoluée et bienpensante ?

Il est redoutable ce Cahuzac que le gouvernement en panne de communication a lancé contre l'ancien candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle. C'est un bourgeois friqué et bien comme il faut. Il connait ses dossiers et s'exprime mieux que les technocrates sortis de l'ENA. Il est en réalité (et c'est la seule information importante que l'on pouvait apprendre avec cette émission) le bras séculier de François Hollande, la pierre angulaire de sa politique social-libérale dans le cadre de l'Europe Merkozyenne.

N'oublions pas qu'il fut l'un des affidés de DSK.

Jean-Luc Mélenchon a ferraillé vaillamment contre ce bloc de certitudes et cette langue de béton. En pure perte.

Il lui a tout de même fait avouer qu' "il n'avait jamais cru à la lutte des classes".Pardi !

Je forme le voeu que Mediapart persiste à disqualifier ce nuisible.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.