L'implosion du système?

La grande bataille sociale déclenchée par la volonté de la bourgeoisie d'imposer un nouveau régime de retraites universel par points, apparemment plus juste puisqu'il met tout le monde sur le même plan mais en réalité inique et scandaleux car il va faire baisser les pensions ou obliger les salariés à opter pour un régime à capitalisation, ne sera gagnée que si le front syndical reste uni...

...or l'une des grandes centrales syndicales, la CFDT, risque d'avaliser le projet de réforme si le gouvernement décide de retirer l'âge pivot de 64 ans qui marque la frontière entre le bonus et le malus qui serait attribuée pour le calcul de la retraite.

Laurent Berger est donc comme le Grouchy de Napoléon à Waterloo, il porte la lourde responsabilité de l'issue du conflit...

Mais il faut bien se douter que le pouvoir exécutif peut faire des promesses, retirer les 64 ans, et détourner le texte de la loi pour les réintroduire par un artifice de procédure dans quelques années. Et puis, de toutes façons, il n'a que faire de la désespérance des opposants ; elle l'arrange même puisqu'elle "bétonne le sentiment d'impuissance" des syndicats...

Un sentiment d'impuissance qui devrait induire le recours à la violence, à l'instar des Gilets jaunes lors de leurs premières manifestations !

"Il y a des siècles que la vague de nos révoltes se brise sur les rochers de l'oppression, écrit Raoul Vaneigem, qu'elle s'effiloche en jets d'écume rageurs pour refluer et retomber dans l'apathie quotidienne où sa violence aveugle s'égare dans les remous aberrants d'une guerre de tous contre tous.

L'effet désastreux de ce ressac d'insurrections, souvent plus fantasmatiques qu'inspirées par une projet révolutionnaire innovant, c'est que le désespoir est devenu un redoutable instrument d'oppression entre les mains du pouvoir économique, social et politique dont les progrès techniques servent avant tout à falsifier, à engorger, à étouffer les pulsions de vie sans lesquelles il n'est pas de progrès humain - le seul qui vaille, à vrai dire."

Restons fidèles aux grandes idées humanistes du Conseil National de la Résistance !

Halte au diktat de la technocratie macronienne !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.