Le roman d'un Trichet

L'information est passée quasiment inaperçue. Jean-Claude Trichet,le président de la BCE (Banque Centrale Européenne) vient de s'asseoir dans le fauteuil de Pierre Messmer, à l'Académie des sciences morales et politiques.

Jean-Claude Trichet a une formation d'ingénieur des mines,puis il fait l'ENA (promotion Thomas More où il était le condisciple de Claude Guéant). Inspecteur des finances,il a été gouverneur de la Banque de France et il occupe aujourd'hui le poste de président de la Banque centrale européenne. Il est aussi membre de ce club trés fermé,"Le siècle".

Je n'ai aucune antipathie (ni sympathie) pour ce "grand commis de l'état" . Qu'un banquier endosse l'habit d'académicien,cela ne me parait pas invraisemblable dans la mesure où il n'est pas le premier de son état (il va d'ailleurs retrouver Michel Pébereau sous la coupole). Mais ce que je remarque c'est le double symbole que constitue cette promotion, en dépit de ce qu'a brillamment écrit Alain Rémond dans son dernier billet de "Marianne".

Qu'une vénérable institution (l'Institut de France),considérée comme étant l'un des think tanks de la droite conservatrice,s'adjoigne un maître de la phynance plutôt qu'un intellectuel éminent (historien,sociologue,philosophe,etc) révèle son degré d'asservissement à l'argent,devenu désormais sous l'ère sarkozyenne,la valeur suprème.

Et qu'un européiste de choc succède à un grognard gaulliste,ce n'est pas non plus fortuit...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.