Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2379 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 avr. 2021

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Le jour où le destin tragique de la Commune a été scellé

C'était un lundi de Pâques, primidi 21 germinal an 79 (10 avril 1871), une délégation de francs-maçons est reçue à Versailles par deux ministres fm du gouvernement, Jules Simon et Pouyer-Quertier, qui notifient la décision irrévocable d'Adolphe Thiers de ne pas traiter avec "un pouvoir insurrectionnel" l'Assemblée s'apprêtant à voter "une loi municipale de nature à satisfaire Paris"...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...ce qui est un énorme mensonge car le projet en question aggrave la tutelle de l'Etat sur la gestion de la capitale en limitant son autonomie aux problèmes de la voirie, du nettoyage et de l'éclairage !

En réalité, le choix de l'affrontement militaire avait déjà été acté dans la mesure où Adolphe Thiers avait négocié avec Bismarck le retour massif des soldats prisonniers de guerre, d'origine essentiellement rurale, qui allaient constituer à Versailles l'armée de la répression.

Malgré la démarche sympathique et désespérée de la franc-maçonnerie parisienne, on peut raisonnablement estimer que le sort tragique de la Commune de Paris est d'ores et déjà scellé, ce jour-là, où paradoxalement, l'un des meilleurs chefs militaires des Fédérés, Dombrowski, réussit à refouler "les pantalons rouges" et à réoccuper Asnières...

En cette 24e journée "immortelle" le JO de la Commune publie un texte d'Henri Bellenger, intitulé "Le peuple est bon" car "il a le droit pour lui, il est la force. Mais longtemps encore, il restera dupe et victime car, dans le combat de chaque jour qui est la vie, il se laisse prendre à tous les lacs va donner tête baissée, dans tous les pièges. Il est bon jusqu'à la naïveté, jusqu'à l'abnégation, jusqu'à la folie. Son grand coeur bat à l'unisson de tout ce qui émeut ou passionne...Vous le savez bien, ô gouvernants, le peuple est bon !"

Cette magnifique déclaration d'amour humaniste est évidemment partagée par deux hommes qui rejoignent ce jour-là aussi, le combat communeux : le peintre Gustave Courbet et l'officier Louis Rossel.

Courbet va bientôt être élu à la présidence de la Fédération des artistes avant de rejoindre le Conseil de la Commune où il introduira l'idée neuve d'une politique culturelles et artistique, qu'il nommera le luxe communal, à la libre disposition des classes populaires.

Rossel, polytechnicien, colonel du génie, viendra (malheureusement trop tard) organiser en cohorte défensive, les bataillons de la Garde nationale mais sa formation militaire classique sera vite incompatible avec cette forme de guérilla urbaine, qui s'imposera dans les combats autour des fortifications enserrant la capitale.

Après le 10 avril 1871, la saga communeuse sera partagée entre la volonté de créer un monde nouveau et le désir de sa propre survie !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org