mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart ven. 30 sept. 2016 30/9/2016 Édition de la mi-journée

Recherche gauche, désespérément

Alors que Sarkozy vient de faire rechuter les bourses en remontant précipitamment à Paris (où il a convoqué pour rien la réunion d'un quarteron de ministres) , l'opposition de gauche reste obstinément effacée. Pourtant nous sommes en train de vivre une situation qui est préoccupante à bien des égards (cf l'analyse pertinente d'Edwy Plenel) et qui pourrait donner l'occasion à un candidat (ou à une candidate) du PS à l'élection présidentielle de 2012, de parler aux Françaises et aux Français.

Alors que Sarkozy vient de faire rechuter les bourses en remontant précipitamment à Paris (où il a convoqué pour rien la réunion d'un quarteron de ministres) , l'opposition de gauche reste obstinément effacée. Pourtant nous sommes en train de vivre une situation qui est préoccupante à bien des égards (cf l'analyse pertinente d'Edwy Plenel) et qui pourrait donner l'occasion à un candidat (ou à une candidate) du PS à l'élection présidentielle de 2012, de parler aux Françaises et aux Français.

En effet, nous aimerions connaître sa lecture de la crise financière.

Et nous souhaiterions aussi et surtout avoir une idée de ce qu'il (ou elle) ferait, s'il (ou elle) était élu (e), en pareille circonstance.

Comme je l'ai déjà indiqué dans mes deux précédents billets ("La revanche de l'étoile rouge" & "Le monde des grands chiens malades"), ce soubresaut boursier d'un monde capitaliste qui a la colique révèle un symptôme grave de décomposition et requiert une nouvelle lecture de la mondialisation. Une lecture originale qui prendrait en compte l'émergence inéluctable de la Chine comme puissance dominante et l'analyse verticale des marchés à la lumière des échanges soi-disant équitables.

Il faudrait aussi - mais je crains qu'il ne s'agisse que d'un voeu pieux - que cette "Europe-qui-n'en est-pas-une", se fédéralise en une vaste entité regroupant les peuples d'une Europe, enfin démocratique, devenant ainsi un partenaire de poids face à un extrême-Orient conquérant, un partenaire qui pourrait trouver des alliés naturels en Afrique ou dans le monde arabe.

Hier je faisais allusion à cet été 1792 au cours duquel est née la nation française. Je me permettrai donc aujourd'hui de paraphraser Danton pour réactiver cette gauche que l'on recherche,désespérément :

De l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace !.. et notre monde aura (peut-être) une chance d' être sauvé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Fantie B

L'analyse-de-la-crise-grecque-par-les-atterrés.

Qu'ont les candidats à dire sur cette analyse ? (et non pas, qu'on les candidats à dire sur la crise grecque)

En effet, enfumage interdit !