Grottes salvatrices

L'humanité qui a commencé son parcours cahoteux et incertain en se réfugiant dans les grottes, devra-t-elle le terminer de la même manière ?

De Lascaux aux bunkers en béton armé, les pauvres créatures humaines à la merci des fureurs de la nature ou des prédateurs, ont depuis des temps immémoriaux trouvé refuge dans des abris en dur, au flanc des montagnes ou dans les anfractuosités de l'écorce terrestre...

Mais ce qui était inévitable et somme toute naturel dans la préhistoire parait bien exotique et invraisemblable aujourd'hui où l'homme, à force de jouer à l'apprenti sorcier, a pillé les ressources de la planète et a compromis gravement l'équilibre climatique.

Les ouragans à répétition, ces grandes colères du ciel qui viennent de s'acharner sur nos miettes territoriales ultramarines, et qui sont en train de ravager le Sud Est des Etats-Unis, ne sont que les signes précurseurs d'un avenir d'apocalypse...

Car l'humanité est lancée dans une fuite en avant mortifère, un productivisme effréné consubstantiel d'une démographie galopante et d'un appétit toujours renouvelé de profit pour les classes possédantes, dans un tourbillon absurde et effrayant.

Face à ce tsunami généré par le capitalisme et son corollaire le libéralisme planétaire, quel peut être le poids des bonnes volontés humanistes et des ONG sinon balbutier des voeux pieux, écrire des liasses de rapports et organiser des jactances internationales qui ne sont finalement que des grandes messes incantatoires ?

Sans doute faudra-t-il nous résoudre à envisager pour nos enfants un avenir de troglodytes ?

Diogène, lui, avait au moins son tonneau.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.