Transparence

Après avoir tenté de tutoyer l'histoire avec "la chambre des officiers", John-Edgar Hoover et Staline, l'écrivain-cinéaste Marc Dugain nous propose une parabole de science-fiction sur la problématique de la démographie mondiale...

...mais si cet exercice littéraire est une brillante allégorie qui énumère impitoyablement tous les points noirs et angoissants de notre vie présente, il ne convainc pas au sujet du bien-fondé miraculeux de l'ère numérique.

En effet, dans cette projection de l' avenir des prochaines décennies, Marc Dugain estime que l'algorithme étant devenu désormais un moteur de l'histoire, l'intelligence artificielle sera le "deus ex machina" du destin humain. Un nouveau Frankenstein.

Cassandre, l'héroïne du roman, est à la tête d'une petite équipe de douze "spécialistes", implantée en Islande, qui s'apprête à commercialiser le programme Endless, un projet révolutionnaire conférant l'immortalité en transplantant l'âme humaine dans une enveloppe corporelle artificielle.

Alors que la planète est gravement menacée par le réchauffement climatique, la start-up de Cassandre est sur le point de prendre le contrôle du monde numérique, qui ne devrait pourtant pas échapper aux griffes de l'empire Google.

L'auteur imagine que son héroïne arrive à surmonter tous les obstacles et devient ainsi la nouvelle messie du XXIe siècle...

Après l'homme, voilà donc "la femme providentielle" !

Mettant en lumière la dernière grande révolution technologique de notre histoire, le sexagénaire Marc Dugain exprime là le profond pessimisme d'une génération qui a été traumatisée par toutes les erreurs et les fautes du XXe siècle et qui s'en remet finalement, pieds et poings liés, au scientisme miraculeux d'une nouvelle religion.

Mais l'histoire humaine est l'histoire d'un collectif, et seules sont immortelles* les idées et les raisons qui lui permettent de vivre en harmonie.

Or nous sommes toujours assujettis à la lutte des classes et parmi les obstacles qu'il faut absolument abattre, il y a en priorité le capitalisme qui nous entraîne vers le chaos, avec ou sans algorithmes.

Transparence ? Oui, mais transparence des sentiments : fraternité universelle !

* cf "Les 72 Immortelles" c'est à dire les 72 journées de la Commune de Paris (éditions du Croquant)

NB "Transparence" de Marc Dugain (nrf, Gallimard)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.