Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2339 Billets

2 Éditions

Billet de blog 12 nov. 2020

Chère Nelly Kaplan

Venant d'Argentine, elle était comme un refrain des "chants de Maldoror", elle surfera à Paris sur la poésie et le cinéma et marquera le combat féministe d'un éclat particulier avec "la fiancée du pirate" ; elle vient de disparaître dans les flots glacés du Covid...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...je l'avais rencontrée en 1953 au cours d'un séminaire de la Fédération française des ciné-clubs à Marly où elle était déléguée par gente del cine, la grande revue cinéphile argentine.

Elle y fit la connaissance d'Henri Langlois, qui devait la présenter à Abel Gance, dont elle devint l'assistante et aussi l'égérie. Il faut dire qu'il s'agissait d'une jeune femme ravissante, qui ressemblait à Lauren Bacall, et n'avait pas froid aux yeux...

Mais, derrière la séductrice se cachait une authentique écrivaine et une sulfureuse poétesse. 

Mue par la fièvre du blasphème littéraire, Nelly Kaplan rejoignit vite les rangs de l'insurrection surréaliste, comme l'y incitait par ailleurs le fantôme d'Isidore Ducasse comte de Lautréamont dont l'esprit avait dû laisser quelques traces à l'embouchure du Rio de la Plata et à Buenos-Aires.

Sous le pseudo de Belen, elle amorça une oeuvre insolente et provocatrie avec "le réservoir des sens", "le collier de Ptyx", et "les mémoires d'une liseuse de draps"...

Mais c'est avec le cinéma, dont elle avait assimilé la technique grâce à sa fructueuse collaboration avec Abel Gance ("Magirama") que Nelly Kaplan, aidée par le producteur Claude Makovski qu'elle devait épouser, allait littéralement exploser dans le landernau de la bien-pensance bourgeoise.

En effet, "La fiancée du pirate" , un aboutissement féministe de "mai 68", est le grand coup de poing à l'hypocrisie et à la respectabilité des "honnêtes gens" que l'on attendait après le feu d'artifices de la "commune étudiante" étouffée par le conformisme gaulliste. Admirablement interprété par Bernadette Lafont, ce film-tract est un formidable coup de pied au cul de la société de consommation.

Etant à l'époque (1969) exilé à la radio après avoir été viré de l'ORTF, j'ai eu le privilège avec ma compagne Guylaine Guidez, de promouvoir ce film iconoclaste sur les ondes nationales* et ainsi, de participer à son succès public !

Adieu chère Nelly.

Jean A.Chérasse

*émission "24 images/seconde" sur France Inter

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent