«Désobéissance civile !»

Je viens de recevoir ce texte de mon ami Raoul Vaneigem, écrit le 8 août 2021. Je le publie intégralement en deux parties car l'historien-philosophe-pamphlétaire exprime mieux que je ne saurais le faire, ma réaction intime à l'absurdité de la situation présente ainsi que l'état de mes réflexions contre l'absolutisme qui nous écrase...

"La violence de la vie n'a rien en commun avec la violence dont la mort se revêt. La vie n'a cure de répondre à la barbarie qui l'opprime.

Vivre humainement est une expérience à la fois intemporelle et, historiquement parlant, radicalement nouvelle. S'y attacher et la poursuivre suffit pour que toute velléité d'entraver sa liberté se heurte à une fin de non-recevoir. Ainsi sommes-nous fondés à passer outre à tout décret liberticide.

La désobéissance civile est une des émanations poétiques de cette fin de non-recevoir. Elle ne tolère aucune forme de prédation, aucune forme de pouvoir. Elle est le non-agir qui s'affirme en rayonnant, elle est la pulsion vitale qui va devant soi et, maillon après maillon, brise, comme par inadvertance, la totalité de ses chaînes.

La guerre civile est un jeu de mort où toutes et tous s'affrontent, la désobéissance civile est le jeu de la vie solidaire où les passions se vivent en s'accordant.

A chaque instant se poser la question : à qui cela profite-t-il ?

La stratégie de la confusion est l'apanage des gouvernements et des puissances financières mondiales. L'art de la communication sert à discréditer les révoltes de la liberté offensée. Le mouvement des Gilets jaunes a été de la sorte assimilé à un populisme où grenouillaient fascistes, antisémites, homophobes, misogynes et fous furieux. Ces grotesques calomnies n'ont guère eu besoin d'être dénoncées. Elles ont été balayées avec une manière de désinvolture sidérante par la tranquille détermination des manifestants d'accorder aux aspirations humaine une priorité absolue. Chose étonnante, l'opposition de gauche, voire gauchiste et libertaire, avait fait montre à l'endroit des Gilets jaunes d'une réticence méprisante, assez proche de l'arrogance oligarchique. Quand les bureaucrates politiques et syndicaux s'avisèrent de leur bévue et ambitionnèrent de rejoindre le mouvement des ronds points, ils se trouvèrent mis à l'écart par la ferme et salutaire résolution de ne tolérer ni chefs ni guides autoproclamés.

L'épidémie est venue à point pour rendre au Pouvoir vacillant un peu de son autorité répressive.

Certes, le coronavirus et ses mutations constantes représentent un danger incontestable. Mais là où des mesures favorables à la santé eussent permis d'en atténuer l'impact, on a assisté à une gestion catastrophique du chaos. La gabegie hospitalière, les mensonges en cascades, les marches et contre-marches, la prévarication des milieux scientifiques ont aggravé le péril. Plus toxique encore a été et reste la panique orchestrée par les médias, serpillières des intérêts privés. La partie était belle pour les grands laboratoires pharmaceutiques dont les actionnaires s'enrichissent chaque fois que les citoyens-cobayes paient le renouvellement des vaccins.

Trois ans de gilets ensoleillés en toutes saisons ont affermi la résistance à une barbarie, qui ne les a pas épargnés. Il y a là de quoi inquiéter et irriter les fantoches étatiques, les derniers politicards, les marchands de pesticides à tous vents.

La brutalité ne suffisant pas, la vieille pratique du bouc-émissaire a pris le relais. Experte en la matière, l'extrême-droite a choisi de mâchouiller les migrants de sa dent unique et branlante. Avec les Gilets jaunes et leurs émules, les gestionnaires de la corruption nationale et mondialiste font face à un projet d'une autre envergure et d'une autre substance.

En 2018, le gouvernement français s'était ridiculisé en traitant le peuple des ronds-points de péquenauds incultes et irresponsables. Que la vogue du coronavirus lui livre l'occasion de reprendre l'offensive avec plus de pertinence n'a rien d'étonnant."

à suivre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.