Bernard Noël, le meilleur passeur des "72 Immortelles"

Décidément, le printemps 2021 aura été fatal aux libertaires : après Bertrand Tavernier, voilà cet écrivain aveyronnais, superbe poète, l'un des grands amoureux de la Commune de Paris à qui il a consacré un incomparable dictionnaire...

... il me l'avait dédicacé ainsi : "pour la mémoire que voudraient nous rendre certains mots".

Connaissant ma parentèle et mon désir d'en savoir plus sur le communalisme, il m'avait averti qu'il me "faudrait fouiller dans les catacombes des églises de Paris pour y retrouver les trésors enfouis des paroles et des rêves de toute une population qui voulait changer la vie".

Quelques années après cette rencontre, j'ai exploré les archives des Clubs rouges ainsi que la masse des correspondances privées afin de pouvoir mettre les mains dans le cambouis mémoriel des "72 Immortelles"...

Ayant pris connaissance de mon essai historique, Bernard Noël m'a écrit : "Vous avez pu enfin échapper à la sensure !"

Ce mot, qu'il avait forgé en 1975 (au moment où mon film "Dreyfus ou l'intolérable vérité" était interdit par la censure) signifiait que je n'avais pas été frappé d'une privatisation de sens car "le pouvoir bourgeois fonde son libéralisme sur l'absence de censure, mais il a constamment recours à l'abus du langage."

Bernard Noël a émergé de la scène littéraire en 1958 avec "extraits du corps" puis il s'est affirmé comme étant l'un des plus grands poètes français avec "Le château de Cêne" et "L'outrage aux mots".

Son "Dictionnaire de la Commune" est un jalon majeur dans la véritable connaissance de ce phosphène historique car il fait fi de la récupération mémorielle bolchevique (qui a provoqué une grande confusion dans l'historiographie marxiste) et a contribué de façon magistrale à la restauration d'une juste mémoire des 72 Immortelles. Une mémoire libertaire.

Par ailleurs, Bernard Noël a publié le manifeste d'Arthur Arnould, "L'Etat et la Révolution", qui constitue l'essentiel de la doxa communeuse.

Alors, il a dû probablement en présenter un exemplaire lorsque la sentinelle du ciel lui a demandé :

Poète, vos papiers ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.