Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 juin 2020

Indécrottable !

« Circulez ! Il n'y a rien à voir !... » Les vingt minutes d'auto-satisfaction du muscadin de l'Elysée ont ainsi balayé toutes les spéculations et toutes les hypothèses concernant l'après Covid-19 ; j'avoue avoir fait preuve d'une belle naïveté en évoquant la parabole Cincinnatus dans mon précédent billet...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

... car le pouvoir bourgeois n'a pas varié d'un pouce depuis l'intrusion du virus, il a bien au contraire été considérablement renforcé par les dégâts humains et matériels qu'il a occasionnés dans notre pays.

Que signifie donc cette prestation triomphaliste du chef de l'Etat ?

Elle valide totalement son attitude et son action, l'exonère de tous les atermoiements et de toutes les affirmations mensongères, et prend acte de la résignation populaire et de sa passivité citoyenne lors de cette période de confinement qui s'achève...

J'aurais pu écrire qu'il s'agissait en fait d'une étrange passivité à l'instar de "l'étrange défaite" pointée par Marc Bloch.

En effet, si on peut dire que l'ensemble de la population française a été tétanisée par la peur de la contamination du coronavirus, elle a ravalé sa colère de se retrouver infantilisée, privée de ses libertés élémentaires et invitée à subir le flux ininterrompu des émissions anxiogènes sur tous les médias !

Hier soir, Panurge a félicité son troupeau, lui a indiqué qu'il devrait désormais brouter davantage que 35 heures par semaine, et qu'il serait bientôt de retour dans sa bergerie à l'abri des intempéries et des prédateurs : un enclos bourgeois, protégé par des chiens de garde.

C'est ce que l'inénarrable Edgar Faure appelait "un changement dans la continuité " ; mais ce changement là, qui accroîtra la docilité de la France d'en bas, rassure pleinement les classes dominantes quant à la pérennité de leurs privilèges.

Par ailleurs, l'allocution TouthanMacronienne nous montre à l'évidence qu'il est persuadé de la persistance d'une indivision de la gauche...

Nous sommes déconfinés certes, mais nous sommes aussi des cons floués !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai