LE FRONT DE DROITE ET LA CRISE

LE FRONT DE DROITE ET LA CRISE

 

 

Ainsi, de Philippe de Villiers à Michel Rocard,en passant par Kouchner,Besson,Hirsch,Bockel,Allegre ...et DSK,Nicolas SARKOZY a-t-il réussi ce pari extravagant de réunir dans son obédience ceux qui s'étaient opposés à lui ou l'avaient combattu dans les rangs de l'opposition .Avant lui,le maréchal Pétain avait réussi le même exploit le 10 juillet 1940 lorsque les élus du Front populaire (excepté 80 d'entre eux) l'avaient porté au pouvoir ; mais c'était dans le traumatisme de "l'étrange défaite"...

Une fine analyse de l'élimination de Lionel Jospin permettra sans doute de comprendre cette "divine suprise" qu'est l'émergence du sarkozysme,un néo-saint-simonisme à paillettes,le triomphe du "jeunisme" et des traders à casquette.

Elu avant la crise,le nouveau monarque républicain va pouvoir regner en toute impunité grâce à elle et à l'épais brouillard qu'elle produit.Oubliés le "bouclier fiscal",les slogans poujadistes "travailler plus pour gagner plus" ou "j'irai chercher le pouvoir d'achat avec les dents",etc. Les mesures anti-sociales,la révision de la Constitution pour renforcer le pouvoir du Président,la main mise sur l'audiovisuel public,le sacre du 14 juillet...jusqu'au travail du dimanche qui a un doux parfum de "Révolution nationale" :

encore un effort et le super-président va bientôt pouvoir revêtir l'uniforme de Louis-Napoléon Bonaparte.

Avec les derniers ralliements,le Front de Droite va donner 35% des voix à Nicolas SARKOZY au premier tour de la présidentielle,ce qui garantit sa réélection. C'est donc "plié",comme on dirait aujourd'hui.

Que peut faire la "gauche" dans cette situation ?

En dehors de l'assourdissant concert des sirènes du défaitisme,il y a le militantisme quotidien et obscur. Il y a ceux qui luttent

aux côtés des "sacrifiés" de la société. Dans les villages,dans les villes de province,dans les régions.

Que fait Ségolène ROYAL pendant que les beaux esprits pataugent dans le pathos de la rénovation du PS ? Elle défend les entreprises de la région Poitou-Charente,elle gère autant que faire se peut l'inéluctable montée du chomage...sans oublier

son admirable discours anti-colonialiste de Dakar.

Mais celle qui a réuni 47% des voix n'a pas été considérée par ses pairs comme étant capable de diriger l'opposition au mari

de la chanteuse. Désespérant.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.