Une gouvernance à la godille

Le célèbre tableau de Claude Monet «Impression soleil levant» pourrait bien être l'allégorie des débuts du quinquennat d'Emmanuel Macron : en effet, on y voit un homme seul debout à l'arrière d'une barque, qui manie un aviron en lui imprimant un mouvement hélicoïdal afin de faire avancer l'embarcation sur des flots teintés de rouge et de violet par les rayons d'un soleil émergeant...

Effectivement le nouveau Président est en train d'apparaître comme un maître-godilleur dans la mesure où il a osé utiliser son pouvoir pour propulser et diriger l'Etat en faisant fi des origines politiciennes des uns et des autres.

La nomination d'un premier ministre issu des rangs de la droite juppéiste, est un véritable coup de maître car les remous qu'elle occasionne dans les rangs LR fait apparaître le caractère clanique, médiocre  et racorni de tous ces "notables" qui sont désormais menacés dans leurs situations acquises et dans leurs privilèges...

"Nos valeurs !...Nos valeurs !" glapissent-ils la morve au nez... Mais ils ne sauraient admettre que le nouveau monarque républicain est un des leurs, qu' il fait partie de leur monde,  qu'il est un digne représentant des élites bourgeoises et s'il a été choisi et soutenu par les forces de l'argent-roi c'est parce que les capitalistes et les oligarques ont estimé qu'il était préférable à tous les autres.

Mais le nouvel homme providentiel des "honnêtes gens" semble plus malin que les vieux croutons politiciens : il sait manier la godille, cet engin qui permet grâce au mouvement hélicoïdal imprimé à la pelle, de faire avancer la barque tout en la dirigeant. Un coup à droite, un coup à gauche, et vogue le navire ! Quant aux poissons, ils finiront dans les filets !

En fait, nous assistons là à un nouvel avatar de la domination de classe qui stabilise la république bourgeoise en lui redonnant un bon coup de peinture pour en dissimuler les lézardes, le tout au nom du "progrès" et de la "modernité".

Et l'enfumage est d'autant plus efficace que le soleil n'est toujours pas levé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.