Perfidie sémantique

Avec le sacro-saint "grand débat national" qui est la dernière opération de communication du Président Macron afin de ressaisir les rênes d'un pouvoir qui lui échappent de plus en plus, l'élite bourgeoise n'a pas hésité à franchir le Rubicon du vrai parler-faux...comme le dit trés bien le Maire de Grabels (34) René Revol, invité au meeting de Souillac...(dans les commentaires)

...c'est à dire avec cette arme de dissuasion massive du mensonge des classes dominantes qui est désormais leur réponse à la colère populaire sans oublier l'utilisation éhontée de la force publique, casquée et bottée, avec matraques et flash-balls.

En effet est-ce vraiment un débat public cette organisation des jactances du Président devant des assemblées de Maires alibis d'un "échange démocratique" puisqu'ils sont priés de bien vouloir formuler des questions cadrées dans la fameuse "lettre aux Français" qui n'est autre qu'un catalogue de l'écume des problèmes de la nation ?

Est-ce en réalité animer la vie républicaine que d'en détourner le sens et d'en falsifier les valeurs ? Remplacer la libre discussion par un discours de campagne électorale ?

Par le détournement sémantique du discours public sous l'apparence du bon sens, on maîtrise des salles a priori sceptiques voire hostiles et on donne aux medias (qui n'attendent que cela) l'impression de l'émergence d'un consensus...

Un Barnum-circus de la démocratie représentative avec des notables, des naïfs et des gogos !

Car la perfidie et le cynisme du pouvoir régalien sont sans limites : en 1871, l'ignoble Adolphe Thiers matait le petit peuple des insurgés parisiens avec ses canons et ses mercenaires, en 2019, le muscadin Emmanuel Macron a pris la décision de casser la "révolte des ronds points" avec les mots d'un charlatanisme bon enfant et agréé par "les honnêtes gens".

Ainsi, il n'y a de république que conservatrice et une démocratie ne peut être qu'une autocratie dirigée par un leader éclairé...!

Imbu de sa personne, de sa supériorité intellectuelle et de sa facilité de parole, le leader dispose et impose ; il enfume et abuse. Une ritournelle qui a un doux parfum vichyssois :

"Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal "..."La terre, elle, ne ment pas "...etc

Serait-il l'héritier d'un certain Maréchal...?

NB/ le département de l'Hérault n'est pas dupe de l'enfumage présidentiel puisque seulement 19 Maires (sur 342) ont répondu présent à l'invitation du meeting macronien de Souillac !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.