L'impossible équation

Mes considérations désabusées sur le cancer qui n'en finit plus de ronger la gauche et la pluie de commentaires suscitée par ce modeste billet me déterminent à aller un peu plus loin dans l'analyse de notre décrépitude démocratique...

Chacun se rend bien compte que la Ve République, costume conçu, dessiné et taillé pour le général de Gaulle, est aujourd'hui un régime obsolète, une camisole de force pour la démocratie, un ersatz de république...

D'ailleurs, son fondateur l'avait lui-même senti et compris après la gifle de mai 68 puisqu'il avait fait un sérieux pas en avant vers l'abandon du centralisme jacobin et une meilleure décentralisation du pouvoir au niveau des régions : ce fut le référendum perdu du 27 avril 1969 à l'issue duquel il quitta ses fonctions.

La monarchie républicaine dans laquelle cette Constitution nous a plongés est une aberration car elle ne peut être représentative de la diversité du corps électoral à cause de sa règle majoritaire dépendant de l'activité politicienne des partis, et de leurs combinaisons électoralistes.

Tant et si bien que la république bourgeoise se coopte tantôt avec une droite aux ordres des classes dominantes, tantôt avec "une gauche de gouvernement" asservie au capitalisme qui s'efforce de donner le change avec des réformes sociétales ou en jetant quelques miettes aux pigeons. En dehors de cette alternance des deux blocs européistes, la seule qui est tôlérée par "les honnêtes gens", il n'y a aucune possibilité d'entamer le carcan de l'exploitation de l'homme par l'homme et son cortège d'injustices sociales.

Ainsi 2017 sera sans aucun doute la répétition de 2002 puisque les dés sont pipés.

Comment sortir de ce guet-apens ? Si l'on exclut la révolution armée qui nous permettrait de revoir fondamentalement le logiciel mis en place par nos ancêtres en 1789, on pourrait éventuellement profiter  de la panoplie offerte par les réseaux sociaux et le numérique pour réactiver la vision prospective du général de Gaulle.

D'abord, récuser cette construction mercantile de l'Europe qui détruit la fraternité des peuples.

Reprendre l'essence révolutionnaire du mouvement communaliste, comme l'a bien fait apparaître "Nuit debout".

Activer la démocratie directe, sans professionalisation de la politique.

Oeuvrer pour une "république universelle" et "fraternelle"...

...dans une nature préservée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.