Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2291 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2019

Convergence des luttes ou fédération des colères?

A mi-mandat d'Emmanuel Macron, toute «la France d'en bas» râle, grogne, vitupère, hurle... contre cette gouvernance autocratique qui a décidé d'oublier le programme du CNR et de casser le système de protection sociale pour que notre pays plonge dans le néolibéralisme bourgeois et technocratique...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...et c'est ainsi que tous les personnels des services publics ainsi que les laissés pour compte de la société se sont retrouvés dans les rues, portant des pancartes et criant leur mécontentement !

Des blouses blanches aux étudiants en passant par les agriculteurs qui vont déverser des tombereaux de fumier devant les préfectures, sans oublier les cheminots et les agents de la RATP, les retraités réduits à la portion congrue, les chômeurs et tous ceux qui ont enfilé un gilet jaune pour manifester dans les rond-points ou chaque samedi dans une marche de protestation dont l'itinéraire a été indiqué par les réseaux sociaux,...bref une grande partie de la population vient exprimer son ras-le-bol d'être méprisée et manipulée.

Mais le pouvoir ne s'en émeut guère car il spécule sur la fragmentation des mouvements de protestation dont l'essentiel ne repose généralement que sur un bien-fondé corporatif et des avantages acquis au cours des grands combats syndicaux du passé.

C'est pourquoi il est bien difficile sinon impossible d'envisager ce qu'on appelle "la convergence des luttes". Chacun prêche pour sa boutique tout en reconnaissant les bonnes raisons des actions revendicatives des autres...

Avec un petit chef d'oeuvre intitulé "Histoire d'un ruisseau", le géographe communeux Elisée Reclus, nous a montré que la nature nous avait depuis toujours indiqué la solution puisque les fleuves charrient leurs alluvions vers la mer ou les océans après avoir été abreuvés et nourris par des centaines de petites sources, de ruisselets et de rivières : la fédération des eaux de ruissellement.

Alors, ne serait-il pas possible d'imaginer l'existence d'un large fleuve de la colère populaire qui fédérerait toutes les frustrations, tous les mécontentements, toutes les revendications...afin de faire plier voire de chasser cette pseudo république basée sur "la barbarie anonyme et glacée du pouvoir de l'argent" ?

J'écris ton nom, fraternité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé