Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

2304 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 nov. 2021

Les ronds-points communeux

Il y a trois ans, la vie monotone et médiocre de la république embourgeoisée était brusquement troublée par l'irruption des gueux de la France d'en bas, qui avaient décidé de se faire remarquer en portant les gilets jaunes de la sécurité routière...

Vingtras
historien,auteur-réalisateur de films
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

...ce fût "la révolte des ronds-points" puisque ces manifestants avaient choisi de se regrouper à l'entrée des villes et des villages, aux carrefours de la circulation, là où ils seraient en mesure de faire le mieux entendre leurs revendications.

Car elles étaient nombreuses et urgentes leurs revendications afin de pouvoir lutter contre le mal de vivre au sein d'une société injuste voire inique puisqu'elle allait même jusqu'à interdire un minimum vital à la plupart d'entre eux !

A cette fronde nationale légitime dont le bien-fondé n'échappa point à toute la population française, le pouvoir macronien répondit par une vaste opération de communication, c'est à dire un "grand débat", organisé par quelques municipalités des "territoires" qui se traduisirent par un grand show présidentiel avec un Jupiter en bras de chemise, jactant avec la superbe des élèves de l'ENA au grand oral...

Loin de calmer la colère des "gilets jaunes", cet exercice de haute voltige fut considéré comme un camouflet et les défilés de protestation continuèrent à avoir lieu tous les samedis comme l'a fidèlement rapporté notre amie et camarade, la vaillante Ceinna Coll.

Trois ans après, cette rivière souterraine de la contestation prolétarienne coule toujours et menace de déborder, le moment venu.

La résistance à l'ignominie du capitalisme libéral est l'un des fondements du combat contre l'exploitation de l'homme par l'homme. Ils sont les dignes héritiers de celles et de ceux qui tentèrent "d'escalader le ciel" au printemps de 1871.

En effet, aucun problème essentiel n'a trouvé de solution ; la crise sanitaire a même aggravé la situation en dépit de tous les sondages qui proclament que le sentiment d'être heureux est devenu majoritaire dans la population !

Par ailleurs, la classe politique semble s'être désintéressée du véritable débat national en se focalisant sur les questions relatives à l'immigration.

Il y a pourtant un malaise, un grave et profond malaise social auquel les "élites" bourgeoises devront pouvoir répondre si elles veulent éviter que ce climat de guerre civile qui nous prend à la gorge ne débouche sur la violence...

Il faut revivifier la devise de la République !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau