Les réseaux de la colère

Alors qu'à Barcelone, à Hong-Kong, à Quito, au Rojava et un peu partout dans le monde...les peuples manifestent, se soulèvent contre l'autorité réactionnaire ou subissent les exactions militaires de dictatures, la colère gronde et affleure pour réclamer une légitime autonomie et une élémentaire justice sociale...

...et ce qui est nouveau aujourd'hui dans ce nouveau look de la lutte des classes, c'est la spontanéité du mouvement, son jaillissement imprévu et son inorganisation. Comme si le grand vent salubre de la révolte était en train de balayer la planète.

Effectivement, les temps ont changé. L'extraordinaire bond du progrès technologique de la communication, promu et développé par les classes dominantes, pourrait bien se retourner contre elles !

Le Web, invention des boutefeux militaires, cette toile d'araignée géante, va sans doute être le piège où périront dévorées les ignobles mouches du capitalisme mondial...

Car après les horreurs et les erreurs du XXe siècle, les peuples ont enfin compris qu'il n'auraient ni droit de s'exprimer ni gain de cause sans la démocratie directe, celle qui avait été inventée par les Athéniens, et ils ont saisi Internet comme une bouée de sauvetage afin de se concerter et de jeter les grandes lignes d'une action collective. Ils ont ainsi fait retour au XIXe siècle et au bouillonnement de ses valeurs humanistes.

C'est bien pourquoi je me suis acharné à comprendre la nature et le message de la Commune de Paris, dont le communalisme libertaire et social est à nouveau envisagé par les exploités, les humiliés et les exclus du monde entier comme une arme de dissuasion massive anti-capitaliste.

En 1871, avant d'être massacrés, les Communeux parisiens ne pouvaient que rêver tout en ébauchant un embryon d'ordre libertaire dans leur ville assiégée...

Aujourd'hui, les nouveaux Communeux aux Gilets jaunes, verts, rouges ou noirs disposent d'Internet ainsi que des vecteurs modernes de la convivialité fraternelle et de l'action politique.

Le vent se lève !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.