La société du mensonge

Alors que Macron n'est ni pire ni meilleur que Sarkozy ou Hollande et qu'il exécute fidèlement les consignes de la bourgeoisie, un prurit jaune vient soudain d'émerger sur tout le territoire national, un ras-le-bol basique non identifiable, sans doute le prodrome d'une révolte populaire...

...et pendant que le fond de l'air virait peu à peu du jaune au rouge, avait lieu à l'ENS-Ulm, dans la salle Dussane, un Colloque consacré à Pétain organisé par l'association des "amis d'Henri Guillemin".

Or l'analyse du grand traumatisme de l'an Quarante consécutif à "l'étrange défaite" n'est pas étranger au malaise trés profond dont souffre notre pays depuis lors car "Vichy est un passé qui ne passe pas".

Car si la IVe République a su faire face pour organiser les relevailles de la France* les classes dominantes qui ont opté ensuite pour l'autocratie gaullienne ont réduit la démocratie française à une république des notables voire à une simple cooptation des "élites" diplômées. Ainsi, en dehors des deux premières années de Mitterrand, le bien public n'a pas été l'objectif essentiel de la gouvernance du pays.

Pourtant, le rêve d'une France radieuse avait été ébauché et promis par le Conseil National de la Résistance dans l'euphorie de la libération, mais ce fût un rêve sans lendemain car il remettait un peu trop en question les privilèges et les intérêts des possédants.

Aujourd'hui où le pouvoir bourgeois est fondé sur la technocratie sans son antidote saint-simonienne, l'appareil d'Etat est entièrement protégé par le mensonge généralisé, transmis à l'opinion publique et amplifié par les grosses caisses d'une presse qu'il contrôle.

La "société du spectacle" est devenue la société du mensonge éhonté, de la tromperie, du faux-semblant criminel ou mortifère !

On comprend donc pourquoi cette "France d'en bas", humiliée, enfumée, bafouée...retrouve le sens de la jacquerie !

Je ne peux m'empêcher de lui dire, à l'instar du Marquis de Sade :

"Français, encore un effort si vous voulez être républicains !"

* malgré un tropisme colonial désastreux dont elle est morte

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.