La grosse caisse et le pipeau

A l'instar de Laurel et Hardy, mais sans leur imaginaire foutraque et jubilatoire, les Présidents américain et français ont fait leurs premiers pas à New York, dans le cadre de l'assemblée générale des nations unies...

L'un, tel un champion du monde de catch sur le retour, a fait saillir ses biceps et a grincé des dents , l'autre, le bon élève bien peigné, a récité sans beaucoup de conviction un texte péniblement écrit par l'un des plumitifs ingénieurs de sa communication.

Face à un aréopage composite et plutôt attentif, ils ont l'un et l'autre, fait une prestation convenue.

Mais à quoi servent ces discours sinon à justifier l'existence de cette énorme machine (un "machin" aurait dit le général de Gaulle) qui coûte une fortune et dont l'action se limite à des "résolutions" sans effets, à des jactances interminables  et à des rapports imprimés dans toutes les langues de la planète qui finissent tous dans les corbeilles à papier ?

Le catcheur Trump, lucifer à la mèche blonde, a effectué des roulements de tambour et les jetés croisés que tout le monde attendait : il a donc amusé la galerie, tout en laissant planer un voile d'horreur nucléaire...

Notre Premier Consul, comme au grand oral de l'ENA, a déroulé sa prosopopée en laissant parfois son texte pour quelques effets oratoires, ces apartés chers au théâtre classique, qui sont censés être le stade ultime d'une communication se voulant persuasive.

Mais le compte n'y était pas, car le fait de choisir d'être le porte-parole des sans voix était une martingale beaucoup trop artificielle, beaucoup trop fabriquée ...pour être crédible.

Quand Kroutchev martelait la tribune de l'ONU avec sa chaussure, on le prenait au sérieux même si cette attitude démagogique n'était qu'une posture de COM ; quand Macron tente de se faire passer pour l'avocat des migrants, il n'obtient pas la moyenne.

Un discours politique officiel peut (doit) être l'expression d'une conviction profonde si son auteur veut qu'il imprime l'opinion, mais il ne peut (ne doit) pas être une simple prestation théâtrale.

Per Jovem !*

* Jupiter

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.